Affichage de 1139 résultats

Notices descriptives
Options de recherche avancée
Aperçu avant impression Affichage :

1139 résultats avec objets numériques Afficher les résultats avec des objets numériques

Versements <2012

Cette série contient les dossiers de mises à l'enquête publique J 0001 à J 1109. Ceux-ci concernent des constructions et/ou transformations de bâtiments privés et publics se trouvant sur le territoire de la Commune de Jouxtens-Mézery.
Chaque dossier contient généralement une série de formulaires qui doivent être remis, avec des plans, par le propriétaire et éventuellement son architecte, pour obtenir un permis de construire.
Une série d'organismes et/ou de personnes interviennent ensuite pour faire part de leurs commentaires. Les voisins ont notamment le droit de faire opposition au projet. Si tout est en ordre, un permis de construire est délivré. Lors de la fin des travaux, un permis d'habiter ou d'utiliser est demandé et remis lorsque la construction est conforme à la législation en vigueur.

Routes (1950-nos jours)

Ce sous-fonds contient des dossiers relatifs aux travaux effectués sur les routes sises sur le territoire communal, qu'il s'agisse de routes cantonales, communales voire de chemins privés. Ces travaux peuvent concerner le transfert au domaine public, la réfection, l'élargissement, les travaux de construction de canalisation, les transformations de carrefours et autres types de travaux effectués ou projetés sur les routes.

Camping de la Pichette

Correspondance, dont règlements et tarifs et modification du carrefour de Roseville (1987)

Salle de l'Aviron

1964-2002 Salle de gymnastique (pour le CEPV au début) et bâtiment de l'Aviron, construits sur la STEP du SIEG-SIGE et loués à des organismes privées (École privée du Haut-Lac)
1967-1970 Projet de piscine couverte

Vevey-Corseaux Plage

1911-1955 Archives privées (détail en notes)
1928-2013 Statuts, gestion société, conventions, construction de la piscine (1957-1962), inauguration en juillet 1962, comptes d'exploitation et entretien, construction de la piscine couverte et reprise des actifs et passifs de l'Association par la commune (1977-1978), règlement de 1979, construction du bassin couvert (1972-1981)

Rue d'Italie 22

1983-2012 Bâtiment de l'Oriental
1987-2006 Théâtre de l'Oriental

Articles de presse de Monsieur Albert Cardinaux

Articles de presse de Monsieur Albert Cardinaux parus dans le Journal de Montreux entre 1966 et 1970 sous le titre "La Chronique des Hauts", et consacrés tout spécialement à la Baye de Clarens. Articles de Monsieur Raymond Jenny parus dans l'Est Vaudois entre 1969 et 1999 et se rapportant au Montreux d'autrefois.

Registre des titres et actes en faveur d'Ecublens (1386-1806)

"Registre des titre et actes faisants en faveur de l'honorable communauté d'Ecublens rère Lausanne, tirés et fidellement copiés de dessus les origniaux qui se sont trouvés dans les Archives de dite honorable Commune, en l'année 1746"

Abergements, accords, acquis, échanges, extraits, conventions privées, conventions publiques, passation à clos, lettres de bourgeoisie, lauds, ordonnances, prononciations, règlements, sentences, transactions.

Contient un index alphabétique.

Table des matières:
pp. 1-57 : Abergements
pp. 73-116 : Chapitre des prononciations, transactions, et autres actes passés entre l'honorable communauté d'Ecublens et les communautés voisines au sujet des pâturages, territoires, messeillerie et autres affaires importantes.
pp. 121-132: Chapitre concernant les Communes d'Ecublens et de Saint-Sulpice
pp. 133-168: Chapitre entre la Commune d'Ecublens et la Commune de Denges
pp. 169-175: Chapitre concernant les Communes d'Ecublens et d'Echandens
pp. 179-187: Chapitre concernant Ecublens et Bussigny
pp. 189-218: Chapitre concernant les Communes d'Ecublens et Crissier
pp. 219-221: Chapitre entre les Communes d'Ecublens et de Renens
pp. 228-284: Chapitre de divers acquis fait par la Commune d'Ecublens
pp. 289-380: Chapitre contenant divers Titres, Droits et Concession en faveur de la Commune d'Ecublens

"Le premier janvier mille sept cent quarante six, les honorables gouverneurs et communiers d'Ecublens étants assemblés en corps, sous la présidence de Monsieur Jean François Grand, Châtelain et bourgeois du dit lieu, pour l'audition des comptes des anciens Gouverneurs: de même que pour faire la visite des Archives de la Commune: ayant remarqué à ce second égard, que leurs Titres, papiers et documents se trouvoient dans un si grand désordre et tellement entremélés, qu'il seroit impossible de trouver ceux dont on pourroit avoir besoin à l'avenir sans être obligé de faire beaucoup de recherches et perdre bien du temps, ce qui constitueroit en fraix la dite honorable Commune, et que d'ailleurs en voulant vérifier l'inventaire des dits titres on s'étoit aperçu qu'il y en avoient quelques uns de perdus ou égarés. En sorte qu'il convenoit aux intérêts de la dite Commune de remedier incessamment à cela, pour à quoi parvenir ils auroient donné commission aux modernes gouverneurs et à un preud'homme de chaque Bourg qui composent le village, de l'assembler le plutôt possible sous la présidence du dit Monsieur le Châtelain, pour examiner avec soin les dites archives et faire un triage de tous les droits et titres qui peuvent être d'usage, d'avec ceux qui ne servent plus de rien, à cause des traités subséquents et reconnaissances qui se sont passées dès lors, et qui les ont entièrement abrogés. A quoi les dits sieurs commis sous la dite presidence, ayant vaqué plusieurs jours et ensuite fait leur rapport en corps de communauté, les dits communiers avoient encore délibéré, que pour éviter les mêmes inconvénients dans lesquels ont étoit ci devant tombé, il étoit tout a fait convenable de se procurer un registre, en bonne et due forme par une personne publique de tous leurs dits titres et documents, tels qu'on venoit de les trier, afin d'y avoir recours en cas qu'on vient à en égarer quelques uns, et pour plus grande facilité de les trouver au moment qu'on en auroit besoin.
Et ayant sur ce requis moi soussigné Cesar Mennet citoyen notaire public et secrétaire de la cours du jadis Châpitre , et de la Chambre des Orphelins de Lausanne, de dresser le dit registre moyennant salaire raisonnabl, Je m'en sois chargé sous les conditions raportées dans le convenant particulier passé à ce sujet entre la dite honorable commune et moi: e consequence de quoi, j'atteste et certifie, d'avoir fidellement et de mot à mot, enregistré sur ce présent live, tous les droits, titres et documents, tant en parchemin qu'en papier, qui m'ont été fournis en originaux par la dite honorable Commune. En prenant la précaution de faire des chapitres séparés de chaque espèce de droit, ou qui font pour un même objet: savoir tous les abrgements de suite, les prononciations de même et de les trouver, le cas arrivant de s'en servir sur lequel registre on peut et doit ajouter soiy comme aux propres originaux ayant été par moi dit notaire collationné sur iceux, ainsi qu'il est de pratique en fait de bonne vidimation; ayant aussi joint un repertoire à la fin du dit registre qui commence par la page 1ère. Signé: Mennet (extrait des premières pages du registre)

Photographies aériennes obliques du territoire montreusien

Différentes vues photographiques de Montreux vraisemblablement prises pour la construction de la maquette présentée lors de l'exposition Objectif82. Vue du Vallon de Villard, des Avants et Sonloup, de Caux et des Tremblex, de Villeneuve, des Crêtes, de Baugy et de Tavel, de Saint-Georges, de la Villa l'Empeur, de la Villa Sangata, de la clinique la Prairie, de l'ancienne chocolaterie Zurcher et du Basset, de la Villa Rustica, des villas Dubochet, de Salagnon et du Basset, de Vernex, de l'Eurotel, de l'Hôtel Suisse, de la gare, du Collège de Montreux, des Taux et de Pertit, du Montreux-Palace, de l'Eglise allemande et de Chernex, du Trait, de l'Hôtel Eden, du Casino, de la Tour d'Ivoire et de son restaurant panoramique, de l'Hôtel National, de l'imprimerie Corbaz, du cinéma Apollo, des villas Puget, du Marché couvert, de Bon-Port et du Temple Saint-Vincent, de la Tour d'Ivoire et du Casino, du Temple Saint-Vincent, de Glion, de Caux et de la Dent de Jaman

Four à pain

Cette série contient les documents relatifs au bâtiment du four à pain. Elle retrace les transformations et les divers travaux d’entretien réalisés au début des années 1980. On y trouve notamment :

  • des préavis municipaux, rapports et extraits de décision ;
  • de la correspondance ;
  • des plans.
    Histoire du bâtiment:
    La mention la plus ancienne que l’on ait retrouvée du bâtiment du « four » figure dans le Cottet de Prilly de 1775 : il fait alors partie des dépendances du château, propriété achetée par les « Nobles et très Honorés Seigneurs de Lausanne » en 1729 à la famille Rosset.
    Il s’agit d’un four banal, qui comme la plupart des fours de l’époque, est situé à proximité d’un point d’eau, en l’occurrence le Galicien, pour permettre de tremper l’écouvillon.
    Après avoir été la propriété de la Commune de Lausanne, le domaine du Château passe en mains privées : il est vendu en 1858 à Louis-François Emery, originaire d’Etagnières et domicilié à Naples. En 1897, les descendants de Gustave Emery vendent le domaine à trois hommes de la région : Frédéric Mayor, chef de gare au Chasseur, postier mais aussi municipal ; le Dr. Pinard – médecin à Cery ; et Charles Strudel, chef d’exploitation du LEB.
    Sous l’impulsion du Dr. Pinard, le château est alors transformé en clinique (1898). Le four à pain laisse la place à une chambre à lessive, tandis qu’un poulailler est construit en annexe.
    A la suite du décès du Dr. Pinard, la clinique du Château est rachetée par le Dr. Jacot-Guillarmod, également médecin à Cery. A sa mort, son épouse conserve la propriété. Ce n’est qu’en 1946 que le domaine devient propriété communale.
    Le four sert alors de dépôt et de local de travail pour les jardiniers communaux, dont les serres sont toutes proches.

Dans les années 1970-1980, on assiste dans la région à un regain d’intérêt pour les fours à pain : un premier four est réhabilité en 1970 à Vucherens, puis à Echallens en 1978 à l’occasion de la grande fête du blé et du pain qui y est organisée ; cette même année, le conseiller communal Victor Fer dépose une motion demandant que l’on étudie la transformation du bâtiment annexe du Château dit « four à pain », afin d’en faire un véritable four à pain communal.
En 1979, M. Pierre Delacrétaz, spécialiste des fours à pain, est invité par la Municipalité à se prononcer sur le sujet. Il émet l’avis que cette construction abritait effectivement un four à pain qui mériterait rénovation. Les travaux de transformation ne sont cependant entrepris qu’en 1981, suivant le projet de l’architecte Claude Jaccottet et de Pierre Delacrétaz.

On prévoit alors la démolition de l’annexe abritant un bûcher et la réserve de mazout nécessaire au chauffage de la serre, la suppression de l’annexe utilisée comme local de travail pour les jardiniers, la suppression de l’une des deux cheminées et la construction d’un four circulaire de 140cm de diamètre, ainsi que des aménagements extérieurs.

Inauguré le 10 octobre 1981 lors de la 1ère fête d’automne, le four contribue depuis lors à l’animation de la vie locale : utilisé lors des fêtes prillérannes, il permet aux habitants de venir y cuire leur pains et pâtisseries quelques fois par année.

Collège Centre

Cette série contient les documents relatifs au bâtiment du Collège-Centre. Elle retrace la construction, les transformations et les divers travaux d’entretien réalisés entre 1905 et nos jours. On y trouve notamment :

  • des préavis municipaux, rapports et extraits de décision ;
  • de la correspondance ;
  • des plans (construction ; projet de transformation ; transformations) ;
  • des décomptes et factures ;
  • des devis, soumissions et contrats avec les entreprises.

Historique du bâtiment (1904-1933):
Entre 1904 et 1908, des terrains sont acquis par la Municipalité au centre du village, dans le but d’y ériger un collège. Les classes se trouvent alors au Collège Sus-Vellaz (dit ensuite « Vieux-Collège ») et au 1er étage du bâtiment communal. Les élèves sont entassés dans des locaux exigus et les enseignants en fonction semblent ne pas répondre aux exigences.

En 1905, le Département de l’Instruction publique fait rédiger un rapport sur les problèmes de salubrité des locaux du bâtiment d’école, qu’elle transmet aux autorités communales. Le Département incite la Municipalité à prendre des mesures rapidement.
En 1907, faute de moyens, la Municipalité propose au Conseil communal d’aménager des classes dans le bâtiment « Moraz ». Mais le Conseil rejette le préavis par 18 voix contre 8 et préconise la construction d’un nouveau collège.
Quelques semaines plus tard, la Municipalité, sous pression, demande un crédit pour lancer un concours d’idées pour la construction d’un nouveau collège, aussitôt accepté par le Conseil communal, qui nomme une commission pour suivre le projet.

Le procès-verbal de la séance de Municipalité du 1er mai 1907 indique que « Le collège devra contenir :

  • 8 classes de 50 élèves chacune
  • 4 appartements dont 2 de trois chambres et cuisine et 2 de deux chambres et cuisines et toutes dépendances ;
  • 1 classe spéciale pour les travaux de couture ;
  • éventuellement un local pour la commission scolaire ;
  • 1 chambre à lessive ;
  • 1 horloge avec cloche.

En août 1907, le 1er prix du concours est décerné à M. Bron, architecte. Toutefois, le projet de construction est finalement attribué en décembre 1907 à M. James Ramelet, alors jeune architecte. Les travaux de construction débutent en 1908. Les premiers élèves pénètrent vraisemblablement dans le nouveau collège en août 1909. Il n’y a pas de renseignements concernant une inauguration officielle du bâtiment, en revanche, la reconnaissance définitive des travaux a lieu le 7 novembre 1911.

En prévision de l’augmentation de la population, le Collège-Centre est agrandi au début des années 1930 par l’architecte James Ramelet, auteur du bâtiment de 1909. La Municipalité lance le projet en 1931, soumet le préavis concernant les travaux d’agrandissement en 1932 au Conseil Communal, qui l’approuve le 16 mai 1932. Les travaux sont exécutés entre 1932 et 1933.

Montreux qui s'en va

Touristes sur la Grand'Rue, tempête sur les quais, construction de la Villa Karma, les internés à la sortie de l'Église Catholique de Montreux, incendie de l'Hôtel Continental, Île de Salagnon, les Bains de Clarens, vue depuis les bâtiments de la Foncière, Salle de Réunions de Clarens, statue de l'Impératrice Sissi à Territet, kiosque à la Place de la Rouvenaz, Gare de Territet, accident d'un rouleau compresseur, terrasse d'un hôtel, bateau "Aigle", Villa Ami Chessex, ancienne maison [Chamber]

Festival de la Rose d'Or 1961

Liste des programmes en compétition, communiqué de presse des résultats en allemand, communiqué de presse des résultats en anglais, photographies

Kiosques et édicules divers

1894 Projet de kiosque non signé
1998-2000 Recours installations tables et chaises devant les kiosques

Résultats 1 à 100 sur 1139