Affichage de 970 résultats

Personnes, familles, organisations

Société des Intérêts des Avants (SIA)

  • CH - Montreux--121
  • Collectivité
  • 1915 -

La Société des Intérêts des Avants a été fondée le 31.10.1915.
Sa création s'est faite suite à une période très faste du développement urbain et touristique initié et encouragé par la famille Dufour. Les frères Dufour, Adrien-Louis et Ami ont développé entre les années 1890 et 1915 la station des Avants en y construisant notamment le Grand Hôtel des Avants, la gare pour le passage du Montreux-Oberland bernois (MOB), le funiculaire, la galerie marchande et développé toute l'activité sportive et récréative faisant des Avants, une station touristique de grande renommée jusqu'à la Première Guerre mondiale. La Société des Intérêts des Avants (SIA), à savoir la réunification des commerçants et hôteliers du village, va servir les intérêts du village afin de continuer à faire connaître et développer son économie par l'attrait touristique malgré les difficultés engendrées par les deux guerres mondiales. Les premiers statuts de la Société des Intérêts des Avants sont établis le 13.12.1919 sous la présidence de Monsieur Nicodet.
Dès ses débuts, la Société des Intérêts des Avants (SIA) a pour but d'animer le village et ses environs en organisant différentes manifestations et activités, de favoriser les relations avec les autorités communales et les organismes privés et publics et de faire connaître la région d'un point de vue touristique en collaborant étroitement avec les offices du tourisme. Entre les années 1930 et 1990, la SIA s’est investie dans la grande période de ski, saut à ski, courses de luge et bob, tennis, la cueillette des narcisses, les fêtes de Bénichons, les concours de pétanque, de caisses à savon.
Plus récemment, la société organise de manifestations visant à la préservation des narcisses (fleur emblématique des Avants) et soutient des événements tels que le Bukolik Freeride et le Cross du Cubly.

Chevalley (famille)

  • CH - Montreux--122
  • Collectivité
  • XVème siècle -

Club Alpin Suisse (CAS), section Montreux

  • CH - Montreux--13
  • Collectivité
  • 1906 - ...

La section de Montreux du Club Alpin Suisse a été fondée en 1907 par des membres montreusiens de la section de Jaman du Club Alpin Suisse en raison du nombre croissant de ceux-ci et surtout de leur difficulté commune à suivre des réunions dans des locaux situés à l'extérieur de leur localité. La section, à l'origine exclusivement masculine, sera rejointe en 1980 par son pendant féminin, le Club Suisse des Femmes Alpiniste (CSFA), section Montreux.

Mayer (Albert Roman)

  • CH - Montreux--14
  • Personne
  • 1890 - 1968

Albert Mayer est né le 19 juillet 1890 à Montreux, où son père était joaillier-bijoutier. Il y fréquente les écoles primaires et secondaires, avant de poursuivre ses études à Bâle, où il obtient un diplôme à l'école du commerce. Après avoir parfait sa formation dans la joaillerie-bijouterie à l'étranger, il travaille dans l'entreprise de son père et reprendra son enseigne. Il joue un grand rôle dans la corporation des joailliers-bijoutiers, tant au niveau de la Riviera, qu'au niveaux cantonal et fédéral.

Sur le plan politique, Albert Mayer est élu en 1921 au conseil communal de Montreux Planches et en 1922 à la Municipalité. En tant que municipal, il est en charge de la police, du service du feu et des questions liées au tourisme. Mayer est élu en 1942 au Grand Conseil et succède à R. Maron à la syndicature des Planches en 1946. En plus de la charge de syndic des Planches, Albert Mayer assume, tous les trois ans, la fonction de Président du conseil administratif de la Ville de Montreux, organe commun aux trois communes du Cercle de Montreux. Syndic jusque 1962, date à laquelle les communes de Montreux-Planches et de Montreux-Châtelard fusionnent pour donner naissance à la Commune de Montreux. Grand artisan de cette fusion, il mène les discussions avec les élus du Châtelard et de Veytaux et défend le projet devant le public.

Major à l'armée, il a été le premier adjudant du Général Guisan pendant la deuxième Guerre Mondiale.

Actif au sein de la paroisse catholique, Albert Mayer a été fait commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand.

Enfin, dans la secteur touristique, Albert Mayer préside la comité des sports de la Société de développement de Montreux, précurseur de l'Office du tourisme et a été président du Conseil d'administration du Casino-Kursaal.

Albert Mayer était par ailleurs très actif au niveau sportif.
Grand sportif, il pratique le tennis, le football, le hockey sur terre, le tir, le culring, l'hippisme, le hockey sur glace et le ski. Mais c'est surtout dans les organes dirigeants des associations sportives qu'il est actif: Association suisse de football, Fédération suisse de hockey sur roulettes, Association suisse de bobsleigh, Association internationale de bobsleigh, Comité olympique suisse, Comité central de l'Association nationale d'éducation physique, Commission fédérale de gymnastique et de sport.

Élu en 1946 comme représentant de la Suisse au Comité international olympique (CIO), il est l'un des principaux animateurs du mouvement recréé par le baron de Coubertin, avec son frère Otto Mayer, chancelier du CIO.

Albert Mayer assume enfin la charge de consul de la République de Corée du Sud à Montreux, avec juridiction sur l'ensemble de la Suisse occidentale.

Distinctions reçues par Albert Mayer: Chevalier de la couronne d'Italie (1932), chevalier de Sainte-Agathe à Saint-Marin (1956), médaillé d'or du gouvernement français (1952), croix du mérite sportif du gouvernement finlandais (1952), mérite sportif des journalistes sportifs suisses.

Sur le plan local, Mayer a été membre d'honneur de l'Union instrumentale de Territet, membre d'honneur de la Caecilia - choeur mixte catholique de Montreux, membre d'honneur de la section de Montreux de l'Association suisse des sous-officiers (ASSO), président d'honneur du Cercle catholique.

Albert Roman Mayer décède le 6 décembre 1968.
D'après la nécrologie d'Albert Mayer parue le 7 décembre 1968 dans le <i> Journal de Montreux </i>

Société Coopérative d'habitation de Montreux (SCHaM)

  • CH - Montreux--15
  • Collectivité
  • 1930-2007

La crise économique engendrée par le crash de Wall Street en 1929 laisse des milliers de chômeurs. La Suisse est également touchée. Les hôteliers et les commerçants n’arrivent plus à faire tourner leurs établissements. La pauvreté atteint la majorité de la population. Des collectes se font alors et à Montreux, les communes du Châtelard et des Planches organisent des distributions de soupes populaires pour les nécessiteux.
C’est en 1931 que les premiers écrits de la Société Coopérative d’Habitation de Montreux apparaissent. Avec l’augmentation constante des loyers et le salaire inexistant d’une bonne partie des habitants, il devient important d’établir un plan d’amélioration des conditions de logement à Montreux. Une assemblée préliminaire est organisée afin de discuter de ce problème. Lors de cette assemblée on en arrive à la conclusion suivante : le moyen le plus efficace est de construire de nouveaux immeubles dont les coûts de construction et d’exploitation soient réduits au strict minimum.
Cette solution est retenue et une assemblée générale de la Société est organisée le 19 février 1932
Dès lors, des démarches sont entreprises pour trouver le terrain, assurer le financement et élaborer des plans. Les premiers immeubles à voir le jour se trouvent au Brayères à Clarens. Les autorités accordent un appui hypothécaire de FR. 135’000 pour une durée de 10 ans.
Cependant en 1933 un référendum contre la décision du Conseil communal est lancé. Il faut alors se défendre auprès du corps électoral, mais le verdict populaire est favorable à la SCHaM. Les rivaux ne cherchent alors de lancer des oppositions à la construction. Le jeu de la concurrence marche pourtant pour la SCHaM. Les constructeurs débutent les travaux alors que la 3ème enquête publique n’est pas encore ouverte. L’utilisation des machines est totalement interdite, grue prohibée également été le béton est mélangé sur place, les ouvriers travaillent alors avec la pioche et la pelle.
Les logements sont disponibles en mai 1934, 30 appartements loués à la fin de la même année.

Par la suite, la guerre de 1939-1945 ainsi que la crise économique de 1930 à 1037met un frein aux activités de la SCHaM. Après cette longue période, un nouvel essor est donné dans le but de relance économique. Un premier groupe de maisons familiales voit le jour à Belmont, suivi 2ans plus tard d’un deuxième groupe. Au total 22 immeubles sont construits.

En 1949 les immeubles les Amandiers apparaissent aux Planches. Pour bénéficier des dernières subventions, la société met en chantier un nouvel immeuble sur un terrain vendu par la commune qui se veut bienveillante à leur égard. 31 appartements sont alors construits.

En 1953 le canton de Vaud édicte une loi prévoyant des mesures destinées à compenser la suppression du subventionnement dans le domaine du logement, occasion que la société saisi afin de mettre en chantier deux immeubles. Les immeubles Les Trois-Tilleuls comptant 16 appartements prennent leurs quartiers à la rue de l’Ancien-Stand.

Viennent ensuite en 1955 les immeubles Les Lauriers. Il y a 1 studio et 20 appartements.

Entre 1959 et 1960 Une nouvelle loi cantonale sur le logement est adoptée le 27 mai 1957. L’Etat de Vaud met une nouvelle tranche de 20 millions de francs en faveur des constructeurs. La commune de Montreux-Planches offrant à La SCHaM un terrain à Territet, celle-ci saisi l’occasion est créé 20 appartements appelés les Genêts.

La Société Coopérative Immobilière et Montreux (SOCIM) et la SCHaM construisent conjointement deux immeubles de 30 appartements chacun aux Ormes, derrières les bâtiments des Bouleaux à Clarens. Ceux-ci sont construits entre 1974 et 1975.

Enfin, dès 1963, les premières études débutent pour l’utilisation des terrains situés aux Taux. En raison de la configuration peu avantageuse des terrains avec des moyens d’accès difficiles, les études se prolongent jusqu’en 1968. La construction peut alors commencer. Cet immeuble, réalisé selon les dispositions de la loi fédérales, touche des subsides de la Confédération, de l’Etat de Vaud et de la Commune de Montreux (Montreux-Châtelard et Montreux-Planches ayant fusionnés en 1962). En raison des mesures prises en matière d’économies financières, la Confédération supprime sa subvention. 30 appartements sont finalement construits entre 1968 et 1969 aux Arolles.

Enfin, entre 1988 et 1989 la commune de Montreux met à disposition des terrains à Clarens pour la SCHaM. L’immeuble des Tamayas, entre la rue des Verges et la rue Marc-Dufour, est le dernier immeuble sous le contrôle des services cantonaux et communaux. Il compte en tout 42 appartements et 2 studios.

Au total 219 appartements ont pu être construits entre 1932 et 1989.
A l’occasion de son 50ème anniversaire, en 1983, la société a fait part de sa motivation à poursuivre son œuvre débutée en 1932.

Depuis 1989 la SCHaM n’a pas créé de nouveaux appartements mais s’est engagé à rénover et à rénover les immeubles de l’époque. Ainsi des ascenseurs ainsi que les tuyauteries, chauffage, sanitaires, salle de bains et cuisines ont été remplacés. Ces rénovations ont eu lieu sur 5 immeubles entre 1995 et 2011.

SOUCRCES : Journal édité à l’occasion du 50ème anniversaire de la Société Coopérative d’Habitation de Montreux (SHCaM), octobre 1983
Journal édité à l’occasion du 75ème anniversaire de la Société Coopérative d’Habitation de Montreux (SCHaM), juin 2007

Amicale fribourgeoise des Avants et environs

  • CH - Montreux--16
  • Collectivité
  • 1945 - 2013

Amicale fondée en 1945.
Présidents: Fernand Philipona (1945 - 1961), Gilbert Pilloud (1961 - 1987), Xavier Sansonnens (1987 - 2001), Armand Vuichard (2001 - 2013)
En août 1960, l'Amicale organise la première Bénichon aux Avants.

Kramer Société anonyme (SA)

  • CH - Montreux--21
  • Collectivité
  • 1907 -

L'entreprise a eu plusieurs noms, entre autres:
Maison Kramer
Kramer frères
Kramer frères Société anonyme (SA)
Kramer Société anonyme (SA)
Kramer-Krieg Société anonyme (SA), dès 1996, date de la fusion avec l'entreprise Krieg établie à Lausanne depuis 1867.

L’histoire de Kramer débute en 1907 à Montreux, avec la fondation d’une papeterie-bazar, complétée en 1943 par un magasin à Vevey. La société développe ensuite ses services aux professionnels, en acquérant une manufacture de papier et une société de distribution à Lausanne.

Yves Kramer était le président de la société jusqu'en 2017, date de la reprise par la société Amiguet-Martin Duplirex.

Nouvel Orchestre de Montreux

  • CH - Montreux--25
  • Collectivité
  • 1987-2001

" Nouvel Orchestre de Montreux (1987-2001)
(Ensemble Orchestral de la Riviera)

Choisir de s'appeler le Nouvel Orchestre de Montreux (NOM), c'est accepter le lourd héritage du prestigieux Orchestre du Kursaal, disparu depuis 1914. Lorsqu'il fonde cet orchestre de chambre en 1987, le chef hongrois Andras Farkas ne redoute pourtant pas la comparaison avec Ernest Ansermet: en plus de combler un vide auprès du public de la Riviera vaudoise, son orchestre de chambre est surtout le bienvenu pour les jeunes musiciens professionnels romands. C'est à la suite d'une demande du festival d'Honfleur qu'Andras Farkas décide de réunir un orchestre formé de musiciens libres de tout contrat. Constatant alors la difficulté pour ceux-ci de trouver un orchestre et encouragé par le succès des concerts d'Honfleur, il choisit de continuer l'aventure. Le premier concert a lieu le mardi 24 février 1988 dans la salle du Pavillon de Montreux. Le Rondo hongrois de Kodaly, le Concerto en ré de Haydn et la Symphonie en do de Mozart sont interprétés avec, notamment, Philippe Schiltknecht au violon solo.

De 1987 à 1994, l'orchestre dirigé par Andras Farkas se produit à Montreux et en Suisse romande, interprétant autant de la musique baroque que contemporaine. Il donne des concerts d'abonnement depuis 1988, au Pavillon de Montreux. Pourtant, s'il bénéficie du soutien de la municipalité de Montreux, d'un conseil de fondation et du public montreusien, le NOM rencontre des difficultés financières. En outre, le départ d'Andras Farkas en 1994 laisse l'orchestre sans chef attitré. Ce sont alors Mathias Aeschbach, Tibor Varga et Hervé Klopfenstein qui se succèdent à la tête de l'orchestre.

Rebaptisé Ensemble Orchestral de la Riviera (EOR) en 1994, l'institution se renouvelle en quasi totalité, du Conseil de fondation aux musiciens de l'orchestre. L'ensemble, qui n'a toujours pas de chef titulaire, décide de ne jouer qu'avec des chefs invités. Désireux de toucher toute une région et non plus seulement la ville de Montreux, l'Ensemble Orchestral de la Riviera cherche également à investir l'auditorium Stravinski. Pourtant louable, la volonté de régionaliser l'institution va au contraire la desservir: plus vraiment implanté à Montreux, ni véritablement impliqué dans les autres communes, l'orchestre perd son identité et, conséquemment, son financement. Après plusieurs tentatives pour relancer l'institution, la fondation de l'Ensemble Orchestral de la Riviera se voit mise en liquidation en 2001.

SOURCES: sites et références mentionnés; "Nouvel Orchestre à Montreux", 24 Heures 1988/02/21; "Du Nouvel Orchestre à l'Ensemble orchestral: nouveau concept, nouveau conseil de fondation pour une phalange montreusienne visant la Riviera", 24 Heures, 1994/10/01; Tétaz, Myriam, "L'Ensemble orchestral de la Riviera se présente au public montreusien", 24 Heures, 1994/12/05; Isler, Joëlle, "Faute de sous, l'Ensemble orchestral de la Riviera risque bien de passer à la trappe", 24 Heures, 1996/01/31; Favez, Jacqueline, "Le public notera l'Ensemble orchestral de la Riviera", 24 Heures, 1997/04/10.
[BCUL/MU/nmo/2013/08/20] "

Tiré de : Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, Documentation vaudoise [en ligne], 20 août 2013, http://dbserv1-bcu.unil.ch/persovd/composvd.php?Code=N&Num=7184 (consulté le 22 janvier 2014)

Société de l'Ancien Four de Clarens

  • CH - Montreux--26
  • Collectivité
  • 1738 -

Société créée au Moyen-Age lors de la construction du Four de Clarens. Elle défendait les intérêts des six familles bourgeoises de Clarens à l'origine de la construction : Rambert, Mayor, Cochard, Chessex, Mury et Puenzieux.
Source : CHANEY, Andrée, GONTHIER, Albert. L'histoire d'un village... Clarens. Association des intérêts de Clarens, 2001

Société anonyme de l'imprimerie Corbaz

  • CH - Montreux--27
  • Collectivité
  • 1899 - 2002

Charles [Corbaz (1873-1932), issu d'une famille d'imprimeur originaire du Mont-sur-Lausanne], fonde en 1899 l'imprimerie qui éditera le Messager de Montreux et le Journal suisse d'horlogerie. Georges (1901-1978) modernise l'entreprise, crée le Journal de Montreux. Jean-Paul (naissance 1934), reprend la direction générale en 1966. Il réalise en 1972 la fusion de son journal avec La Feuille d'Avis d'Aigle et le Courrier de Leysin pour fonder L'Est vaudois, aujourd'hui La Presse-Riviera-Chablais, après absorption de Riviera: Vevey-Montreux en 1993. Il vend le groupe à Edipresse en 2002.
Source : BERLINGER KONQUI, Marianne. Corbaz. Dictionnaire Historique Suisse. 2003. pp. 570-571

Fondation du Septembre musical Montreux-Vevey

  • CH - Montreux--30
  • Collectivité
  • 1946 -

Le Septembre musical est fondé en 1946 par M. Manuel Roth qui souhaite organiser une manifestation musicale sur la Riviera suite au séjour de quelques musiciens célèbres dans la région (Igor Stravinski, Maurice Ravel). M. Manuel Roth sera directeur du festival jusqu'en 1967. Il sera succédé par M. René Klopfenstein (de 1968 à 1983), M. Yves Petit de Voize (de 1984 à 1995), M. Christian Chorier (de 1996 à 2001), M. Karl Anton Rickenbacher (de 2002 à 2004), M. Tobias Richter qui depuis 2005 occupe le poste de directeur du festival.
Le festival se passe pendant trois semaines au mois de septembre et a lieu dans différentes salles de Montreux et Vevey.

Montreux - Village de la Rouvenaz

  • CH - Montreux--31
  • Collectivité
  • 1872 - 1930

Fraction de commune de la Commune du Châtelard, créée en 1872 par Décret du Grand Conseil. Dissolution en 1930, à cause de l'imposition de plus en plus importante des propriétaires (ces derniers formant l'assemblée générale du village) et le coût de plus en plus onéreux de l'éclairage public et du ramassage des balayures (principes charges de la fraction de Commune). Proposition de dissolution dès 1918; en 1919, les village de la Commune des Planches avaient remis le service des balayures à l'administration communale. A cette date, les villages du Châtelard pensent en faire autant. Toutefois, la Municipalité du Châtelard répond que tant que les villages continueront à prélever des impôts, elle ne reprendra pas cette charge.
Finalement, la situation se détend et en 1929, l'administration communale et villageoise accepte la dissolution.

Montreux - Village de Territet-Collonge

  • CH - Montreux--32
  • Collectivité

Les villages de Territet et Collonge ont voté leur fusion en 1914.
La dissolution de l'administration du village a été approuvée par l'assemblée générale des propriétaires le 15 juin 1927

Montreux - Village de Vernex

  • CH - Montreux--35
  • Collectivité
  • Probablement 15ème siècle - ce jour

Il est probable que les premiers à s'installer dans la région qui allait devenir Vernex arrivèrent au XVe siècle. Sûrement attirés par un cadre idyllique et l'accès facile à l'eau. Des familles s'y installèrent, peu à peu, avant 1536 (l'arrivée des Bernois), si bien qu'ils furent assez pour former un village qui devint l'une des cinq grands villages constituants la Baronnie du Châtelard. Les premières bâtisses se dessinent dans le paysage, rassemblant paysans et vignerons. Avant l'essor de l'hôtellerie, Vernex ressemblait donc aux autres bourgades du Chablais, dont l'activité principale était commune : le vignoble.
La religion prépondérante était le Protestantisme.
Vernex tenait sa renommée ainsi que son droit d'exister en tant que fraction de commune, de ses eaux Alcalines. À cette époque, l'eau avait une place importante dans les préoccupations des villages. À la lecture des procès-verbaux (datant de 1746), on voit que les habitants avaient une attention toute particulière pour leurs deux fontaines. Car même si l’eau n’est pas rare (nous sommes au bord du lac), celle de Vernex est précieuse.
Le siècle des Lumière va engendrer un essor tant au niveau des travaux de routes que de la circulation. Cette circulation va se propager dans le hameau, Vernex se voyant directement touché par ces évènements. En effet, c'est le début des constructions de bâtisses sur le bord de la Grande Rue.
Dans le dictionnaire géographique de la suisse, il est mentionné qu'en 1910 Vernex était le quartier de l'agglomération de Montreux, comptant 1871 habitants et 149 foyers.
(Source « Autrefois Montreux s’appelait Vernex », pp. 6-9)

FUCHS, Janine

  • CH - Montreux--43
  • Personne

Montreux - commune

  • CH - Montreux--44
  • Collectivité
  • 1962 - nos jours

La commune de Montreux est née en 1962 de la fusion des communes du Châtelard et des Planches

Familles bourgeoises de Brent

  • CH - Montreux--46
  • Collectivité
  • 1486 - nos jours

L’histoire orale fait remonter le nom de Brent au temps des celtes, « bran » ayant alors la signification de chef. On peut en déduire, qu’au haut Moyen Âge, le village de Brent abritait le chef de la communauté du Châtelard. Cette hypothèse est corroborée par la présence, à Brent, d’un châtelard, sorte de rempart fortifié qui offrait refuge à la population en cas de menace.
Au Haut Moyen Âge, les villages des hauts du territoire du Châtelard tenaient les premiers rôles. L’aval du territoire n’était pas du tout colonisé, Brent Chailly et dans une moindre mesure, Chernex, étaient parmi les villages les plus en vue.
Avec la pacification de la région, l’épicentre de la communauté va lentement « descendre », à partir du XVème siècle, et Brent sera progressivement marginalisé. En premier lieu, avec l’édification, par Jean de Gingins, du château du Châtelard, à Tavel qui remplacera la cachette ancestrale de Brent et offrira refuge en cas d’attaque. Mais également, en deuxième lieu, avec le règlement dont la communauté du Châtelard se dote en 1496 : celui-ci codifie le fonctionnement de la communauté et l’élection du chef, qui ne sera plus dorénavant toujours originaire de Brent.
Brent fera bientôt à nouveau office d’épicentre de la communauté, du moins du point de vue commercial. En effet, en 1486, le duc de Savoie octroie au village un droit de foire. Cet acte est un véritable privilège, tant il est rare. On peut s’essayer à plusieurs explications sur les raisons de l’octroi de ce privilège : compensations pour les changements récents à la réparation d’une injustice suite à une affaire de peaux de moutons, en passant par la simple demande des gens de Brent.
Même si le rassemblement n’a pas lieu de manière très régulière avant le XVIIème siècle, la foire va redonner une notoriété régionale à Brent.
Autre particularité du village de Brent, la présence sur son territoire d’une chapelle, deuxième lieu de culte dans la paroisse de Montreux. Les raisons de l’édification de ce bâtiment ainsi que l’établissement d’un deuxième culte dans la paroisse ne sont pas connues à ce jour.
En 1887, l’assemblée des propriétaires du four de Brent arrête un règlement : le règlement l’association du four de Brent. Dans un premier temps, il s’agissait de créer une société, mais sur conseil du préfet, les bourgeois de Brent ont opté pour l’association et l’inscription au registre du commerce. A partir de 1888, le four de Brent est géré par une association à la tête de laquelle se trouve un régisseur-caissier. Brent se distingue donc des autres villages de la paroisse de Montreux où les administrations de villages (fractions) sont gérées par une assemblée à la tête de laquelle se trouve un gouverneur et qui prélèvent des impôts. Le règlement stipule à son article 13 qu’en cas de dissolution de l’association, ses biens doivent aller au village de Brent. Mais il semblerait qu’il ne faut pas comprendre par là qu’il existe une administration de village en sus de l’association des propriétaires du four. Quant à ses revenus, détaillés à l’article 11, ils proviennent exclusivement de la location du four et des intérêts de capitaux placés.
Toujours dans ce règlement de 1888 il est fait mention des familles bourgeoises de Brent qui sont les suivantes : Borcard, Burdet, Chevalley, Cuenet, Dufour, Masson, Besson, Mury, Cochard, Dériard et Ducret.

Monnet (Alfred)

  • CH - Montreux--47
  • Personne
  • 1907-1984

Alfred Monnet naît à Montreux, dans le hameau de Pertit, le 12 septembre 1907. Fils de paysan-vignerons, il est l'aîné d'une grande famille de huit enfants et par la suite l'oncle de très nombreux neveux et nièces. Il fréquente en premier l'école de Chernex, puis le Collège de Montreux avant de poursuivre ses études à l'Ecole Normale de Lausanne. C’est en 1926 qu’il rédige, pour le travail de concours de l’école Normale, une remarquable monographie sur la Commune du Châtelard. Ces 400 pages de manuscrits étudient les aspects historiques et géographiques de la commune : relief, eaux, climat, richesses naturelles, nom de lieux locaux, légendes populaires, population etc. Ce panorama historique à travers les siècles, abondamment illustrés de croquis faits à la main et à l’encre de chine, ne recevra pas les honneurs qu’il aurait mérité car resté inachevé.
Fraîchement diplômé instituteur en 1927, il s’installe à Forel (Lavaux) où il restera toute sa vie, se consacrant à sa vocation pédagogique. Il enseigne successivement dans les collèges du Pigeon, des Cornes-de-Cerf et du Grenet. Il est ensuite nommé à la tête d’une nouvelle classe primaire et reçoit aussi des élèves de Savigny. Fortement engagé dans sa région, une classe du nouveau groupe scolaire de Forel porte son nom et perpétue son souvenir.
Voué au bien public, il ne s’est pas limité à donner des cours. Il fut aussi gérant de la Caisse Raiffeisen, directeur du chœur des hommes, conseiller communal puis municipal libéral. La commune de Forel lui montra sa reconnaissance en lui décernant la bourgeoisie d’honneur, distinction très rarement accordée.
La maladie et la faiblesse de l’âge l’obligent à quitter Forel. Il s’éteint à l’âge de 77 ans, le 24 juin 1984, après plusieurs mois à l’EMS les Laurelles à Territet. Il repose au cimetière de Clarens.
(Extrait de la notice historique sur Alfred Monnet, par Jean-Pierre Monnet, 2014)

Caux-Palace

  • CH - Montreux--48
  • Collectivité
  • 1900-1940

Durant la Belle Epoque la région montreusienne a connu un essor touristique fulgurant.
De très nombreux établissements hôteliers ont été modernisés, agrandis ou construits.

Caux, station d’altitude en dessus de Montreux avait alors déjà son Grand Hôtel. Ce dernier comptait parmi ses hôtes aussi célèbres que fortunés, Sissi l’Impératrice.
Cinq ans après l’ouverture de cet établissement, Ami Chessex, également propriétaire du Grand Hôtel de Territet, décida de construire sur les terrains qu’il possédait à Caux, un Palace !
Le Caux-Palace fût alors construit en 26 mois seulement. Il se voulait être le Palace de tous les records. Inauguré le 7 juillet 1902, le Caux-Palace avait plus d’un atout dans sa poche. Son emplacement géographique et sa promenade de plus de 400 mètres lui offraient une vue exceptionnelle, ses éléments architecturaux faits de tourelles le démarquaient notoirement, le luxe et le confort qu’il offrait à sa clientèle étaient sans égale !
Dès son ouverture l’établissement se révéla très rentable.
Toutefois, la Première Guerre Mondiale vint mettre un terme à cette époque fastueuse. L’ère du tourisme de luxe toucha à sa fin. Les hôtels se vidèrent et le Caux-Palace en fit partie. L’établissement fût même fermé durant cinq années. Par la suite, les dettes s’accumulèrent et les directeurs se succédèrent. En 1937, le Caux-Palace prit le nom de l’Hôtel Esplanade mais dû à nouveau fermer ses portes en tant qu’hôtel dès les premiers jours de la Seconde Guerre Mondiale. En 1944, durant la Seconde Guerre Mondiale, il fût rouvert par les autorités suisses pour y héberger des réfugiés juifs de Hongrie ainsi que des aviateurs anglais et américains évadés de camps de prisonniers du nord de l’Italie.

En 1946, Initiatives et Changement, connu à l’époque comme Réarmement Moral, acheta le bâtiment pour en faire son principal centre de rencontres en Europe. Dès l’été de cette même année, trois mille personnes séjournèrent à Caux. Des dortoirs furent installés et une partie des participants hébergés dans les autres hôtels désaffectés de Caux.
Entre 1946 et 1947, de nombreux travaux furent réalisés dans le Caux-Palace pour l’adapter à sa nouvelle vocation : transformation de la salle de bal en théâtre, nouveau hall d’accueil plus spacieux. Au printemps 1947, la Fondation de Caux, devant augmenter sa capacité d’accueil, acheta le Grand-Hôtel et l’hôtel Maria, puis en 1949 l’hôtel Alpina et divers chalets.
Au cours des 50 années suivantes, le Palace ne connût guère d’autres modifications.
C’est avec l’arrivée de SHMS (Swiss Hotel Management School) comme locataire dès 1995 que la Fondation de Caux put à nouveau rénover le bâtiment grâce au cofinancement de deux partenaires (L'école Swiss Hotel Management School (SHMS).
La rénovation la plus intéressante du point de vue du patrimoine fût la rénovation de la grande salle et de certaines pièces à valeur historiques en 2007 et 2008, avec l’aide de la Fondation Pro.
L’histoire du Caux-Palace peut être racontée et étudiée grâce aux très nombreuses sources originales et exceptionnelles de l’établissement et des différents propriétaires.

Cevey (Jean-Jacques)

  • CH - Montreux--49
  • Personne
  • 1928 - 2014

Naissance 23.6.1928 au Château (commune Sainte-Croix), décès 11.5.2014 à Montreux, de Cheseaux-sur-Lausanne.
Licence en droit à Lausanne (1951).
Rédacteur en chef du Journal de Montreux (1955-1970) et de La Nouvelle Revue de Lausanne (1988-1994).
Municipal radical à Montreux-Planches (1958-1968), syndic de Montreux (1969-1988).
Député au Grand Conseil vaudois (1965-1975). Président du Parti radical vaudois (1972-1980). Conseiller national (1967-1991; président en 1987), C. fut président de son groupe, il s'intéressa aux questions économiques, aux affaires étrangères et à la recherche.
Président de l'Office national suisse du tourisme (1980-1994) et de l'Institut suisse de recherche expérimentale sur le cancer (1972-1993). Président de l'Organisation des Suisses de l'étranger (1992-1998; président d'honneur depuis 1999).
Docteur honoris causa de l'université d'Aix-Marseille.
Bourgeois d'honneur de la commune de Montreux

D'après "Dictionnaire historique suisse" www.dhs.ch (consulté en décembre 2014)

Nini (Silvio)

  • CH - Montreux--53
  • Personne

Association Festivités et Loisirs Les Avants

  • CH - Montreux--60
  • Collectivité
  • 2010-2011

L'Association Festivités et Loisirs Les Avants est créée à l'occasion du centième anniversaire du funiculaire Les Avants-Sonloup en 2010 et dissoute en 2011. Madame Patricia Jomini préside l'Association suivie de Madame Rachel Soydan jusqu'à sa dissolution. M. Charles C. Riolo en est le secrétaire.

Association Suisse des Sous-Officiers (ASSO), section de Montreux

  • CH - Montreux--61
  • Collectivité
  • 1871-1996

La section des Sous-Officiers de Montreux s'est constituée en novembre 1871 afin de maintenir, même au civil, les liens tissés entre les sous-officiers lors de la mobilisation de 1870-1871. Dès lors, la section travailla à trouver une ligne de tir, à Sonzier, puis Chailly, puis enfin Villeneuve et à organiser des conférences.
En 1877, la section cherche des fonds pour s'offrir un étendard.
En 1921, à la sortie de la guerre, des festivités de trois jours marquaient le 50ème anniversaire de la section.
En 1971, la section organise son 100ème anniversaire, en collaboration avec la Société des Armes de Guerre de Montreux, fondée en 1870-
Enfin, en 1996, le 125ème anniversaire de la section est la dernière célébration de la section qui se dissout à la suite des festivités.

Fondation Addiction, action communautaire, travail social (AACTS)

  • CH - Montreux--62
  • Collectivité

La Fondation AACTS (Addiction, Action Communautaire, Travail Social) a été créée le 21 mai 2012 et fait suite à la dissolution de l’Association ACT (Action Communautaire et Toxicomanie). L'association ACT avait repris plus tôt les activités de Le Clodo.

Schlemmer (Rodolphe), Schlemmer (Jean)

  • CH - Montreux--63
  • Famille
  • 1878-1972 (Rodolphe), 1913-1988 (Jean)

Rodolphe Schlemmer, né à Wiesbaden, a fait son apprentissage de photographe à Genève, puis travaille plusieurs années avec le photographe genevois Frédéric Boissonnas. Ils envisagent ensemble d'ouvrir des studios dans différentes villes européennes, mais le projet ne se concrétisera pas.
En 1910, il ouvre un atelier à Montreux en pleine période de croissance touristique, succédant à Max Maier (av. du Kursaal 21-23), . Il se spécialise dans les portraits de personnalités locales et de passage dans la région et se lie avec des personnalités telle Romain Rolland ou Gandhi.
Schlemmer fait de nombreux portraits et paysages au charbon, à la gomme bichromatée ou au bromoïl, techniques qui contribuent à asseoir sa réputation.
Rodolphe Schlemmer sera le maître d'apprentissage d'Émile Gos et de Jean Schlemmer, à qui il remet son activité.
Jean Schlemmer, qui reprend l'activité de son père, délaisse la spécialisation de portraits et se spécialise dans la documentation des événements locaux et du développement de la région dans la deuxième moitié du 20ème siècle.
Dans les années 1990, Jean-François Gailloud reprend l'atelier Schlemmer. Selon des tampons observés à l'arrière de photographies, un deuxième photographe se déclare successeur de Jean Schlemmer. Il s'agit de Marcel Lerouge.

Famille Crosa

  • CH - Montreux--64
  • Famille
  • 1870 -

La famille Crosa est une famille d'origine italienne établie à Montreux depuis 1870 environ. Elle était la propriétaire du Café du Pont puis du Café Restaurant des Tramways à Clarens.

Châtelard School - Les Avants

  • CH - Montreux--65
  • Collectivité
  • 1929 - 1989

Ouverte en 1927 près du Château du Châtelard par Mlle Dorothy Braginton, la Châtelard School est une pensionnat pour jeunes-filles, majoritairement britanniques. Le premier bâtiment devenant rapidement trop petit, l'école déménage à Chamby, à l'Hôtel des Narcisses, puis, en 1937, au Grand Hôtel des Avants.
Pendant la guerre, l'école a été transférée au Pays de Galles, pour rouvrir dans les années 1950. En 1977, après la chute de la livre anglaise, l'établissement est racheté par M. Robert Eckert qui tient l'institution jusqu'en 1989.
En 1989, le bâtiment est vendu à un promoteur qui souhaite en faire des appartements. Ce projet ne verra jamais le jour, et, en 1992, le bâtiment est réaffecté à un nouvel internat: Le Châtelard Academy.

Théâtre Montreux Riviera (TMR)

  • CH - Montreux--66
  • Collectivité
  • 1952 -

En 1975, le Centre dramatique Chablais-Riviera (CDCR) naît de la rencontre d'un lieu, le Théâtre du Vieux-Quartier (TVQ) à Montreux et de trois personnes.
Co-fondateur de la salle avec des amis passionnés comme lui, Jean-Pierre Duchoud s'échine alors depuis 1952 pour y présenter des spectacles. En 1976, au cours d'un stage d'art dramatique, il sympathise avec deux représentants d’une troupe « concurrente » voisine, Annie Godel et Jean-Philippe Weiss, des Tréteaux du Château de La Tour-de-Peilz.

Bientôt émerge l’idée d’une troupe professionnelle de théâtre décentralisée (la première à s’implanter hors de Lausanne !): c'est la naissance du Centre Dramatique Chablais-Riviera.

Dès la première saison (1976-1977), les productions du CDCR côtoient des spectacles parisiens qui tournent dans les théâtres et salles de la Riviera.

En 1992, Jean-Pierre Duchoud remet les rênes du CDCR à Jean-Philippe Weiss. Sous sa direction, la troupe recevra plusieurs récompenses prestigieuses.

En 2002, c'est la naissance de l'appellation Thêâtre Montreux-Riviera et la disparition des entités précédentes, le CDCR et le Théâtre du Vieux-Quartier.

<i> Historique inspiré de www.theatre-tmr.ch </i>

Fondation Théodore Strawinsky

  • CH - Montreux--67
  • Collectivité
  • 1991 -

La Fondation Théodore Strawinsky est une fondation à but non lucratif, créée le 22 novembre 1991 à Genève. Elle est inscrite au registre du commerce de Genève. En 2019, 8 personnes siègent au Conseil de Fondation.
Théodore Strawinsky désirait que l'on crée à Genève une fondation qui fasse vivre son œuvre et décerne annuellement un prix à un étudiant en fin d'études de l'école des Beaux-Arts de Genève, pour faciliter ses débuts. Denise Strawinsky répond à ce vœu en créant la Fondation Théodore Strawinsky et remet le prix Théodore Strawinsky dès le 25 juin 1992.

Présidence:
Denise Strawinsky (1991-2004)
Luc-Régis Gilbert (2004-présent)

Dufour (famille)

  • CH - Montreux--68
  • Famille
  • 1813-

Avant l’arrivée des touristes, le village des Avants était habité par des paysans et traversé par des commerçants et quelques voyageurs téméraires qui empruntaient le col de Jaman. Dès le milieu du XIXe siècle pourtant, le village va connaître un développement incroyable lié à l’essor du tourisme. En effet, l’air pur de la montagne va être préconisé par les médecins en vertu des bienfaits de l’altitude sur la santé. Dès lors, la famille Dufour, visionnaire pour l’époque, va acquérir de nombreuses parcelles des alentours du village afin d’y développer une future station touristique de moyenne altitude. C’est ainsi que la famille Dufour alliée à aux familles Nicodet et Portsch va, au fil des générations, s’implanter comme une famille d’hôteliers aux Avants.
Le premier précurseur est Jean-Louis Dufour (1813-1869). Il épouse Julie Marguerite Mérinat (1809-1876), une jeune fille fortunée d’Ollon. Le couple s’installe dès lors aux Avants. En 1837, ils ont un premier fils Louis (1837-1916), suivi d’un second fils Ami qui naît en 1855 (1855-1907) ainsi qu’une fille Sophie. En 1947 ils font construire un premier chalet de 12 lits afin de loger les commerçants et les quelques voyageurs. Ce dernier s’avère très rapidement trop petit. Fort de leur succès, ils construisent en second chalet en 1865. Les prémices de l’hôtellerie sont alors lancées aux Avants.
Après le décès de Jean-Louis Dufour, c’est son fils Louis qui prend les rênes du « tourisme naissant » aux Avants. Il fait construire le premier hôtel des Avants entre 1871 et 1873, avec l’argent de sa mère. L’hôtel compte 110 lits.
Louis alors âgé de 29 ans épouse en 1872 Henriette Rosine Besençon (1854-). Leur premier fils est Adrien-Louis, né le 20 novembre 1873 aux Avants (1873-1944). Avec Adrien-Louis dit Louis, une nouvelle génération d’hôteliers naît aux Avants. C’est lui qui prend la direction du Grand Hôtel des Avants en 1900. Puis viennent plusieurs enfants dont seuls Marguerite Julie (1877-1955) et Jules Louis (1884-) survivent. Marguerite épouse en 1899 Adalbert Nicodet, déjà hôtelier à Montreux. Ensemble, ils dirigent dès 1900 l’Hôtel de Jaman aux Avants.
Très jeune, Adrien-Louis Dufour part, sur les conseils de son père, se former au métier de l’hôtellerie dans les Grisons. À son retour, il marque un tournant décisif et fulgurant dans le développement touristique de la station des Avants. Il diversifie l’offre et surtout utilise la neige et le sport comme outils publicitaires pour attirer les foules aux Avants. En parallèle, il obtient l’autorisation pour une surélévation de l’hôtel ainsi que l’adjonction d’un corps bas à l’est pour y construire une salle à manger et un restaurant se terminant par une véranda en rotonde. L’hôtel propose alors 200 lits et des balcons à toutes les chambres. Il bénéficie aussi des dernières innovations en matière de confort telles que lumière électrique, ascenseur, chauffage central à vapeur, ventilation électrique, sanitaires de provenance anglaise. Dès 1911, la Société du Grand Hôtel des Avants administrée par Louis, Ami et Adrien-Louis Dufour réalise son ultime succès en obtenant l’autorisation d’un agrandissement de l’établissement, qui offre alors 250 chambres et un théâtre comptant 240 places.
La vie entière d’Adrien-Louis Dufour se déroule dans et autour du Grand Hôtel des Avants. En effet, Adrien-Louis, habite au premier étage de l’hôtel avec Olga Portsch (1877-1943) son épouse, elle-même issue d’une famille d’hôteliers montreusiens. Ensemble ils ont cinq enfants qui vivent au rythme de l’hôtel.
Adrien-Louis comme dit précédemment, se démarque de son père en proposant de très nombreuses et novatrices occupations pour ses hôtes, qui très souvent séjournent durant plusieurs mois dans l’établissement. Parmi ses innombrables activités, il trouve du temps pour sa passion : la photographie. Il immortalise la vie de la station des Avants au travers de son objectif et développe lui-même ses photographies dans la chambre noire qui se trouve au sous-sol de son hôtel.
Ses photographies retracent principalement les activités sportives de la Belle Époque dans la station de moyenne montagne des Avants. On y trouve bien en évidence toute la palette des sports de neige pratiqués par les hôtes des hôtels des Avants entre autres : bobsleigh, course de luges, hockey sur glace, patinage, curling, saut à ski. L’histoire locale raconte que ce fut son père, Louis Dufour qui, en 1887, introduisit en terre romande la première paire de skis commandée à Stockholm. D’autres photographies témoignent des saisons d’été avec des compétitions de tennis. Mais aussi les souvenirs en images de quelques voyages effectuées par la famille Dufour en Suisse ainsi que des promenades en famille dans la région montreusienne.
La famille Dufour (Louis, Ami et Adrien-Louis) est au fil des années le promoteur exclusif de la station des Avants. En plus des bâtiments hôteliers, ils construisent deux chapelles, l’une protestante en 1876 et l’autre catholique en 1909. Ils sont à l’origine du Montreux-Oberland-Bernois (MOB) qui atteint les Avants en 1901, ainsi que du funiculaire Les Avants-Sonloup (LAS), inauguré en 1912 et destiné avant tout au transport des amateurs de sports d’hiver.

La station des Avants est alors incontournable pour le tourisme de l’époque. Son succès est tel que Adrien-Louis Dufour prévoit même d’étendre son domaine touristique jusqu’au Cubly au travers de nouvelles installations de remontées mécaniques et de la construction d’un nouvel hôtel à Sonloup. Ce dernier, de par sa position aurait peut-être fait de l’ombre au très connu Caux Palace. Toutefois, l’histoire en a voulu autrement avec l’arrivée de la première guerre mondiale et de ses conséquences dévastatrices sur le tourisme. C’est ainsi que le succès de cette famille d’hôteliers prit fin.

Strawinsky (Théodore et Denise)

  • CH - Montreux--69
  • Famille
  • Strawinsky Théodore 1907-1989; Strawinsky-Guerzoni Denise 1914-2004

Théodore Strawinsky est le fils aîné d'Igor Strawinsky et Catherine Nossenko, né le 24 mars 1907 à Saint-Petersbourg et décédé le 16 mai 1989 à Genève. En 1910, la famille s'établit en Suisse romande, à Montreux puis à Morges jusqu'en 1920. Déménagement en France et à Paris dès 1935. Théodore Strawinsky y épouse Denise Guerzoni en 1936. Etabli dans le sud-ouest, il est arrêté par le gouvernement de Vichy en 1941. Libéré, il se réfugie à Genève en 1942 et s'y installe définitivement. Apatride depuis le décret soviétique du 15 décembre 1922 qui révoque la nationalité de tous les émigrés russes, Théodore Strawinsky obtient la nationalité suisse en 1956. Très tôt il s'adonne à la peinture. En Suisse, ses maîtres sont : Auberjonois, Cingria. Dès 1920 il est suivi et guidé par André Derain, Georges Braque et Pablo Picasso. À la fin de ses études secondaires, en 1925, il se consacre exclusivement à son art. À Paris, il suit les cours de l'Académie André Lhote de 1930 à 1932. En 1927 a lieu à Paris sa première exposition, puis d'autres, seul ou en groupe, et ses œuvres, picturales ou monumentales, figurent dans de nombreux pays (Suisse, France, USA, Italie, Belgique, Hollande, Angleterre). En 1976, il reçoit la médaille d'argent Arts, Sciences, Lettres décernée de l'Académie française et en 1977 est promu par le Pape Paul VI Commandeur de l'Ordre de St-Grégoire le Grand pour "services rendus à l'église par son art".
Denise Strawinsky est la fille du peintre suisse Stéphanie Guerzoni et de Joseph Ange Guerzoni, née le 11 octobre 1914 à Genève et décédée le 21 août 2004 dans la même ville. Son père décède en 1920 et sa mère se remarie avec Joseph Palivec, diplomate et poète tchèque. Elle vit dès lors à Paris. Son beau-père, bibliophile averti, lui communiquera son amour des livres. Elle suit les cours de l’Ecole du Louvre et obtient son diplôme de relieuse d’art en 1935. Par l’entremise de Gina, fille du peintre Gino Severini, Denise rencontre Théodore Strawinsky. Denise donne des cours de reliure et exerce sa profession jusqu’en 1962, date à laquelle lui est diagnostiquée une tuberculose de la hanche. Un séjour de deux ans dans une clinique de Leysin et une immobilisation totale permettront une évolution favorable de la maladie, avec pour seule séquelle, le blocage de la hanche gauche. Elle renonce alors à son métier et se voue totalement à l’œuvre de l’artiste.

Nobs (Claude)

  • CH - Montreux--71
  • Personne
  • 1936-2013

Né le 4 février 1936 à Territet, Claude Nobs décide à 17 ans de suivre un apprentissage de cuisinier au Schweizerhof à Bâle qu'il termine avec les honneurs. Il commence alors l'École hôtelière de Lausanne et travaille un temps dans une banque.
Alors qu'il travaille à l'Office du tourisme de Montreux, le directeur de l'époque, Raymond Jaussi, lui demande de mettre sur pied un événement pour promouvoir Montreux et sa région. C'est ainsi que va naître le Montreux Jazz Festival, en 1967.
Claude Nobs organise 30 éditions du festival en relation avec l'Office du tourisme de Montreux. Il diversifie ses activités à partir des années 1975 (?) en travaillant également pour le label Warner (WEA) - Europe. En 1996, il reprend le festival à son compte et en devient le Directeur général. Il dirige le festival jusqu’à son décès, en 2013, suite à un accident de ski de fond.

Fondation du Festival de Jazz de Montreux

  • CH - Montreux--72
  • Collectivité
  • 1967-

Le Montreux Jazz Festival a été créé en 1967 sous l'égide de l'Office du Tourisme de Montreux (OTM) par Claude Nobs, René Langel et Géo Voumard, dans l'idée de de diversifier l'offre touristique de Montreux. Cette première édition dure trois jours et attire 1500 spectateurs. Durant ces trois jours, douze orchestres européens se succèdent sur scène et une star américaine clôture la manifestation. La durée de la manifestation grandit au fil des années pour se fixer finalement à deux semaines de concerts en été.
Jusqu'en 1971 les concerts ont lieu dans l'ancien Casino de Montreux. Le 4 décembre 1971 le bâtiment est détruit par un incendie lors du concert de Frank Zappa organisé par Claude Nobs dans le cadre de ses activités auprès de l'Office du Tourisme. Dès l'année suivante, le festival prend ses quartiers dans le nouveau Casino et ce jusqu'en 1993. Il déménage alors et se déplace au Centre des Congrès rénové, dans les deux nouvelles salles: l'Auditorium Stravinski et le Miles Davis Hall (Le Floc'h, p.107).
Les années 1990 amènent d'autres nouveautés: dès 1991, les concerts sont enregistrés en HD; de 1991 à 1993 Quincy Jones devient coproducteur du Montreux Jazz Festival (Le Floc'h, p. 104); la Fondation du Festival de Jazz de Montreux est créée le 19 janvier 1996, ce qui met un terme à la participation de l'Office du Tourisme de Montreux dans l'organisation du Montreux Jazz Festival.
Au décès de Claude Nobs, en 2013, Mathieu Jaton, alors secrétaire général, devient directeur du Montreux Jazz Festival.
En 2016, la Fondation du Festival de Jazz de Montreux interagit avec les 3 raisons sociales suivantes:
a) la Montreux Jazz Artists Foundation (anciennement Fondation 2 (2007-2015), créée en 2007. Cette fondation d'utilité publique a pour mission d'encourager la formation et la relève.
b) la Claude Nobs Foundation, créée en 2014. Cette fondation a pour mission de préserver et valoriser les enregistrements audiovisuels du Montreux Jazz Festival.
c) la S.A. Montreux Jazz International. Cette société s'occupe des Montreux Jazz Cafés et de leur exploitation.

Boller (Carlo)

  • CH - Montreux--74
  • Personne
  • 1896-1952

Zurcher (famille)

  • CH - Montreux--75
  • Famille
  • 1816 - 2017

Dès 1836, Pierre est instituteur dans l'Emmental. Engagé dans le parti radical, il est expulsé de l'instruction publique et du canton de Berne.
1856 : Pierre quitte Langnau avec sa femme et ses enfants. Arrivent au Val de Ruz. Commerce florissant pâtisseries vendues dans des foires.
1858 : La famille s'établit à Colombier et accueille les neveux orphelins Marie et Théophile. Litige avec le propriétaire du local loué pour la boulangerie. Ils construisent un nouveau bâtiment.
1864: Théophile Zurcher ouvre un établissement concurrent dans la même localité. Au décès de sa femme (Elisabeth Wyss), Pierre vend la boulangerie, et donne des cours pour élever ses enfants. Envoie Arnold étudier à Neuchâtel, à Thoune [puis à Schaffhouse?].
Arnold entre en apprentissage chez Théophile à Colombier puis fait son tour de compagnon-pâtissier.
1878: Arnold se marie avec Marie Gürber
1879: Après difficultés avec Théophile, la famille s'établit à Montreux, rue de la gare.
1884: succursale à la Rouvenaz
1887: nouveau magasin à l'avenue du Kursaal (même année que l'arrivée du tramway)
1888: rachat d'une maison à la Rue de la Gare pour en faire un tea-room, suivi de difficultés
1894: Achat de la Villa Léman à l'avenue du Kursaal, transformation et extension progressives en vue d'une Confiserie - tea-room. ouverture de succursales à Vichy et Evian.
1895: décès de Pierre Zurcher
1900: Achats spéculatifs et reventes de plusieurs bâtiments, notamment:
1901: Hôtel de Bon Port à Territet, Hôtel de Montreux et parts dans l'Hôtel Excelsior
1905: Fondation d'une SA pour la chocolaterie.
1908: Arnold (père et fils) installent une fabrique de chocolat au Basset à Clarens. La fabrique a compté jusqu'à 200 employés, mais le manque récurrent de liquidités, les erreurs de stratégie et le manque de matières premières pendant la guerre provoquent sa faillite.
1914-1918: Mobilisation d'Arnold (fils), capitaine puis major
1926-27: Prononciation de la faillite de fabrique de chocolat, concordat, rachat des machines par Nestlé. La confiserie reste propriété de la famille.
1927-1931: Arnold (père) exploite la confiserie. Arnold (fils) est à aBruxelles à la direction de l'usine Lardelli.
1932: reprise de la confiserie par Arnold (fils) et son fils (Édouard)
Dès 1936: agrandissement, prospérité.
1939-1945: mobilisation: Arnold (fils) colonel commandant div.I, Édouard capitaine.
1946 et suivantes: reprise de la confiserie par Édouard Zurcher. Décès d'Arnold Zurcher (père)
1969-1973: démolition de la Villa Léman et reconstruction d'une nouvelle confiserie - tea-room
1981: reprise de la confiserie par Antoinette Zurcher

Service d'accueil pour écoliers Scoubidou

  • CH - Montreux--76
  • Collectivité
  • 1985-2015

Fondé en 1985 avec Madame Madeleine Nicolier comme présidente, Scoubidou fut une garderie qui a accueilli les jeunes écoliers à Montreux dans différents lieux avec ses débuts dans le quartier des Planches en 1987, puis son premier déménagement dans les locaux de l'église catholique en 1993 où Scoubidou vécut son premier incendie en 1995 (le second sera en 2007). Un nouveau déménagement a lieu en 2005 à l'Avenue des Alpes 90, qui est resté l'adresse du service d'accueil jusqu'à sa fin en 2015. Aujourd'hui Scoubidou à été intégré à l' Accueil Collectif de la petite Enfance de Montreux et Environs (FACEME).

Montreux Natation

  • CH - Montreux--78
  • Collectivité
  • 1944 -

Le 1er février 1944, création du Montreux-Natation. Les activités du club sont principalement pratiquées dans le lac aux Bains de Clarens.
En 1949, le club organise le 1er Championnat Suisse de water-polo de 2ème ligue.
En 1953, 1ère Traversée de Montreux, une compétition populaire de natation dans le lac.
En 1959, le Montreux-Natation traverse une crise interne proche la dissolution.
En 1977, l’ouverture de la piscine de la Maladaire permet au Montreux-Natation de pratiquer ses activités durant l’entier de l’année en eau chauffée dans une piscine couverte.
En 1979, création de la section de natation synchronisée.
En 1979, tournoi des 5 nations de natation.
En 2003, 1ère Traversée de la baye de Montreux, course populaire entre le Perrier et le ponton de la place du marché.

Source (http://www.montreux-natation.ch/uploads/pdf/le-club/Historiques.pdf)

Planches, Les - Commune

  • CH - Montreux--80
  • Collectivité
  • 13ème siècle - 1961

En 1962, les communes du Châtelard et des Planches ont fusionné pour donner naissance à la commune de Montreux.

Montreux - Service des affaires culturelles

  • CH - Montreux--80
  • Collectivité
  • 1993-2003

Le service des affaires culturelles a été créé le 1er janvier 1993 et a donné naissance en janvier 2004 à la Direction Économie, Culture et Tourisme.

Ruffy (Eugène)

  • CH - Montreux--83
  • Personne
  • 1854-1919

Avocat, Eugène Ruffy est élu en 1882 au Grand Conseil et, dans la même année, au Conseil national.
Il entre au Conseil d'État en 1885 et mène le Département de l'instruction publique où il fait passer la loi sur la création de l'Université de Lausanne en 1890.
Il est élu au Conseil fédéral en 1893 et dirige successivement plusieurs départements : le Département de justice et police, le Département de l'intérieur et le Département militaire. Il préside le Conseil fédéral en 1898.
En 1900, Ruffy renonce à ses fonctions au Conseil fédéral et prend la direction de l'Union postale universelle jusqu’en 1919, année de son décès.

Chaney (André)

  • CH - Montreux--85
  • Personne
  • 1934-2015

Né à Clarens le 31 mai 1934, André Chaney entreprend un apprentissage de vendeur puis de facteur. Il exerce la profession de facteur à Clarens pendant près de 40 ans.
Actif dans de nombreuses sociétés locales, il consacre son énergie à l'étude de l'histoire de Clarens à partir de sa retraite, en 1995.

Service des Eaux du Maralley (SEM)

  • CH - Montreux--86
  • Collectivité
  • 2013-

Le Service des Eaux du Maralley a été créé en 2013 à l'issue de la procédure de dissolution des fractions de Commune de Chêne-Sâles-Crin et des Planches, qui géraient jusqu'à cette date conjointement la distribution de l'eau dans leurs périmètres.

Chiado Rana (Carlo)

  • CH - Montreux--87
  • Personne

Ancien directeur de la succursale de Clarens de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

WILDI (Jacques)

  • CH - Montreux--88
  • Personne
  • 1913-2005

Henchoz (famille)

  • CH - Montreux--89
  • Famille

Famille originaire de Rossinière et établie au Châtelard, dans le village de Sâles

Blanc (Jean-François)

  • CH - Montreux--90
  • Personne
  • 1947-

Diplômé des Universités de Genève et Grenoble en Etudes du Développement. Enseignant à l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) de 1991 à 2011; responsable de son Département audiovisuel (DAVI) de 1994 à 1998. Initiateur et responsable de l’Atelier Zérodeux, atelier des Hautes écoles d’arts appliqués de Lausanne, Zurich, Genève et Lucerne à Expo.02, 1998 - 2003. Réalisateur de films documentaires depuis 2011, en particulier : Rencontres au fil de l'eau, 52’, Ecole cantonale d’art du Valais et Sauvegarde du patrimoine
de Leytron (SPL), 2011-12 ; Y a le feu à Produit !, 33’, SPL, 2012.

Chollet (Henri)

  • CH - Montreux--91
  • Personne
  • (1919-1987)

Henri Chollet est né le 3 octobre 1919 à Montreux et décédé le 27 juin 1987.
Il fait ses écolesà Montreux et un apprentissage à la Banque de Montreux. Plus tard, il se lance dans le commerce et tient un magasin à la rue du Casino (Alimentation et droguerie Ch. Séchaud S.A.). Henri Chollet milite activement au sein du Parti libéral. Il est élu conseiller communal aux Planches de 1946 à 1953, puis municipal de 1954 à 1961 (Service de Police).
Après la fusion des Communes des Planches et du Châtelard, il poursuit sa carrière politique comme municipal de la nouvelle Commune de Montreux: il prend la tête du dicastère des finances, de 1962 à 1969.
En marge de ses activités professionnelles et politiques, Henri Chollet fait une carrière militaire. Enfin, il préside ou siège au comité de nombreux organismes régionaux et entreprises locales: les sociétés Séchaud et Hauterive; la compagnie de chemin de fer du Glion-Naye (président durant 18 ans), l'Office du tourisme; le Montreux Palace; l'Imprimerie Corbaz; l'Hôpital de zone de Montreux; l'École Saint-Georges et enfin la Compagnie industrielle et commerciale du gaz. Il est membre de la Noble Abbaye des Écharpes Blanches (abbé président en 1973) et actif au sein de l'Association pour la restauration du Château de Chillon.

Bornand (Roger)

  • CH - Montreux--92
  • Personne
  • 1942-

Jallard (Claude)

  • CH - Montreux--95
  • Personne
  • 1933-

M. Jallard a travaillé comme policier à Montreux dès les années 1960. Sa famille possède par ailleurs un des chalets du Grésalley et, à ce titre, il a été actif dans la campagne contre la création d'une piste de bobsleigh, en 1984.

Guignard (Jules)

  • CH - Montreux--97
  • Personne
  • 1883-1974

Né en 1883 à la Vallée de Joux, Jules Guignard fut instituteur à Apples, à Domodossola, à Bex et enfin à Montreux. Enseignant de degré primaire-supérieure au collège de Montreux de 1922 à 1943, il a eu pour élèves, entre autres, Henri Debluë ou Paul Berthold.
En politique, il a présidé le Conseil communal du Châtelard ainsi que le parti radical du Châtelard.
Avec les syndics des Planches et de Veytaux ainsi que le directeur du gaz, il a été l'instigateur du projet visant à créer des studios de cinéma aux Bosquets-de-Julie à Clarens. Ce projet a été présenté au Conseil communal ainsi qu'au Conseil d'État mais a avorté faute d'appuis nécessaires.

Société villageoise de Brent et environs (SVBE)

  • CH - Montreux--98
  • Collectivité
  • inconnu - ce jour

L’histoire de la société villageoise de Brent et environs se mêle avec celle des familles bourgeoises de Brent. La société villageoise résulte de la dissolution de la métralie puis fraction de commune de Brent, à la tête de laquelle siégeait un gouverneur et qui réunissait tous les habitants propriétaires de Brent

Association de la Vieille Ville de Montreux (VVM)

  • CH - Montreux--99
  • Collectivité
  • 1956 - ce jour

Fondée en 1956 par la famille Annichini et sous le nom d'"Association des commerçants et artisans du village des Planches et du Quartier du Pont", l'association a changé de nom dans les années 1960 pour devenir l"Association des commerçants de la Rue du Pont et Village de Montreux-Planches". En 1987 elle se transforme en "Société de développement de la Vieille Ville de Montreux" et en 2017, devient "Association Vieille Ville de Montreux".

En 2019, son président est M. Aubry.
"L’association s’attache à rénover les enseignes anciennes et met sur pied une dizaine d’événements par an (concerts, expositions,...)." (https://www.montreux.ch/vieilleville/, consultation mai 2019)

Grau (Erwin)

  • CH - Montreuxx--51
  • Personne
  • 1943 - 2008

M. Grau travaillait comme architecte établi à Montreux

Lüthi (Jean)

  • CH - Montreuxx--52
  • Personne
  • 1954-2004

Affolter (Arthur)

  • CH - Montreuxx--55
  • Personne
  • 1925 - 2011

Arthur Affolter est né les 17 août 1925 à Aarwangen (Berne). Depuis son jeune âge, Arthur a toujours apprécié la nature et c'est tout à fait logiquement qu'il a débuté son parcours professionnel en devenant horticulteur. Il est devenu sous-officier à Payerne puis mobilisé à Bâle lors de la 2ème guerre mondiale

Montreux - Cercle

  • CH - Montreuxx--57
  • Collectivité
  • 1000 - 1961

La Commune de Montreux est née d’une fusion, en 1962, entre les communes des Planches et du Châtelard. L’appellation « Montreux » était néanmoins déjà une réalité avant cette date. C’était, dans un premier temps, le nom de la paroisse qui regroupait dès le XIème siècle les habitants de Veytaux, des Planches et du Châtelard. Mais c’était également, dès le milieu du XIXème siècle, l’appellation utilisée par la région pour promouvoir l’essor touristique et économique. En fait, jusqu’à 1962, « Montreux » repose sur un organe commun aux trois communes qui composent la paroisse : le Cercle.

Männerchor Harmonie Yverdon

  • CH - Männerchor Harmonie Yverdon
  • Collectivité
  • 1878 - 2017

Le Männerchor a été fondé le 27 juin 1878 au café du « Tilleul » par un groupe d’amis, pour la plupart des ouvriers d'origine suisse allemande et allemande. Le 9 décembre 1877 certains d'entre eux issus du corps de sapeurs pompiers d'Yverdon avaient décidé de fonder une chorale.
A ses débuts, 11 membres composent la chorale. La société organise sa première soirée en 1879. Au fil des ans, le Männerchor rassemblera jusqu’à 35 membres. En 1880, le premier drapeau de la société est inauguré. Un 2e suivra en 1914. Il suit la société dans toutes les manifestations. La société remporte de nombreux prix aux concours et fêtes de chant. Elle est admise en 1946 dans le Giron de l’Arnon. En 1979, le Männerchor, qui est constitué de 29 membres, célèbre son centenaire et organise la 18ème Fête romande des chorales de langue allemande.

Le nombre de membres ne cessant de diminuer au fil des ans, le Männerchor décide en 1992 de collaborer avec le chœur d’hommes de Couvet. Chaque choeur garde toutefois son autonomie. Les répétitions se déroulent dès lors à Sainte-Croix.

Dès 2014, le Männerchor, arrivant tout juste à 12 chanteurs âgés de 50 à 86 ans, réfléchit à l’avenir incertain de la chorale. En effet, la société rencontre des difficultés à recruter de nouveaux membres depuis quelques années déjà. Elle donne donc son dernier concert annuel à Orges en 2015. La dissolution du Männerchor a lieu en 2017 (AG du 13 décembre 2017). Les membres restants souhaitent garder leur rencontre mensuelle afin de maintenir le contact et la camaraderie.

ORPC Lausanne-Nord

  • CH - ORPC Lausanne-nord
  • Collectivité
  • 1997-2012

Jusque-là communale, l'organisation de la protection civile se régionalise officiellement en 1997. Prilly est le siège de la première organisation régionale de protection civile du canton. Par une convention datant de 1997, l'Organisation Régionale de Protection civile Lausanne-nord regroupe les communes de Cheseaux-sur-Lausanne, Cugy, Epalinges, Jouxtens-Mézery, Le Mont-sur-Lausanne, Morrens, Prilly et Romanel-sur-Lausanne. Le préavis 1996-16 du 7 octobre 1996, soumis au Conseil communal de Prilly, précise:
"La Commune de Prilly sera certainement confirmée dans sa fonction de commune-siège de la région Lausanne-Nord. Son délégué présidera en principe le comité directeur. La comptabilité, séparée de celle de la commune, sera tenue par le boursier de Prilly.
Les charges de la Commune de Prilly diminueront de 44 fr. 68 par habitant en 1995 à 29 fr. au budget 1997. Il en résulte une économie de plus de 160'000 fr. par an. Les 4 places de travail du personnel PCi de la région Lausanne-Nord seront installées dans la salle de conférences n°2 du bâtiment de la police municipale "Au Tilleul". Les places de travail des deux agents chargés de la police du commerce et de l'informatique seront transférées dans une partie de la salle n°1, l'autre partie étant conservée pour les rapports et conférences du corps de police. Les locaux libérés au Château seront occupés par le bureau du syndic, qui reprendra le bureau actuel du chef PCi, ce qui permettra à la bourse communale, très à l'étroit, de bénéficier d'une surface supplémentaire. Le bureau de la protection civile est prévu pour le responsable de l'informatique.
Ces transferts engendrent des frais de 15'000 fr. provoqués par différents aménagements indispensables. Une somme de 15'000 fr. est demandée pour réaliser cette opération. (...)".

M. Candaux (Samuel), municipal prilléran, a présidé les travaux de fusion.
En centralisant l'administration, en abaissant les effectifs et en ne constituant qu'un seul état-major par région, des économies non négligeables deviennent possibles.
En 1997, le chef ORPC est M. Desarzens (Francis), tandis que le Comité directeur de Lausanne-Nord est M. Candaux (Samuel).

Tandis qu'une réorganisation régionale se mettait en place, la Commune de Prilly a, dès 2009, souhaité intégrer l'ORPC de l'Ouest lausannois et former, à partir de 2012 et à huit communes, la nouvelle région de PCi du district de l'Ouest-lausannois, basée à Chavannes-près-Renens.

Ouest Informations - Rédaction

  • CH - Ouest Informations
  • Collectivité
  • 1965-1980

Journal fondé par Georges Rognon (adm. et rédaction) en 1965 avec la complicité du rédacteur responsable P.H. Bonvin et de Ch. Carrel (publicité régionale).
La publicité et l'impression sont reprises par l'imprimerie J. Magnenat en décembre 1965.
Dès 1968, le rédacteur régional est M. Jacques Lardet. En 1971, l'administration et la rédaction se réorganisent: on trouve J. Lardet comme rédacteur responsable, tandis que G. Rognon est rédacteur régional.
Jusqu'en 1971, ce journal est dédié aux communes de Prilly, Jouxtens et Romanel. Il s'étend dès juin 1971 à Cheseaux.
La parution cesse en 1980.

Prilly - Administration générale

  • CH - Prilly - Administration générale
  • Collectivité
  • 1798-nos jours

De la création de la Commune aux années 1930, les fonctions de secrétaire municipal et de greffier, comme la plupart des autres fonctions administratives, étaient assumées par un secrétaire municipal exerçant ses fonctions en plus d’une activité professionnelle. Parmi ces secrétaires municipaux non permanents, nous pouvons citer M. Girardet (Jean-Louis) de 1833 à 1844), M. Girardet (Marc) de 1856 à 1874, M. Rouffy (Marc) de 1874 à 1889, M. Emery (Gustave) de 1905 à 1913, M. Chabanel (Armand), de 1914-1917 ou encore M. Cottier (Emile), de 1922-1928. Voir : Secrétaires municipaux.xls.

En 1930, le premier secrétaire municipal à titre permanent est engagé en la personne de M. Magnenat (Ernest). M. Schertenleib (André) dans son ouvrage « Prilly à l’ombre d’un Tilleul écrit : « En décembre 1929, la Municipalité obtient du Conseil la création d’un poste [de secrétaire municipal à plein temps] qui inclura, outre le Greffe municipal, la comptabilité communale, le boursier restant responsable du mouvement en espèces. »
En 1939, M. Magnenat (Ernest) crée un Service de l’Economie de guerre (exigence cantonale et fédérale), une apprentie est engagée à titre d’aide de bureau. Le Service d’extension des cultures est également créé à cette époque, dans le but de maximiser l’utilisation des sols pour l’agriculture et ainsi d’assurer l’approvisionnement en nourriture de la population.
En 1945, l’Administration générale, constituée du Greffe et du Secrétariat de la Municipalité, engage deux sténo-dactylographes. L’effectif de l’Administration générale est donc de trois employés. Le Service de l’Economie de guerre est fermé en 1948 et induit la diminution d’un poste.
Le rapport de gestion de 1950 donne un aperçu de quelques autres tâches sous la responsabilité de l’Administration générale et remplies de manière accessoire : M. Magnenat (Ernest), secrétaire municipal, est également préposé à l’agence AVS ; M. Girardet (Eugène) est au Contrôle des prix ; M. Duruz (Edouard), policier, s’occupe de la Protection ouvrière et Registre, M. Bally (Henri) du Contrôle des denrées alimentaires. En 1957, M. Bally (Henri) devient officier d’Etat-civil, également sous la responsabilité de l’Administration générale.
En 1952, après les travaux d’aménagement de locaux administratifs au Château, l’Administration générale partage un bureau au premier étage avec le boursier.
En 1959, l’effectif permanent de l’Administration générale comprend 1 secrétaire municipal, 1 adjointe, 1 sténodactylographe et le concierge du Château. Mme Turrian (Rosette) est engagée comme secrétaire municipale adjointe. De 1959 à 1965 le nombre de sténo-dactylographes passe de 1 à 4. 1 apprenti et 1 assistante sociale sont également engagés durant cette période.

En 1965 toujours, M. Magnenat (Ernest) prend sa retraite après 35 ans de service. Dans le rapport de gestion de 1965 il est écrit : "Incontestablement M. Magnenat a marqué l'Administration communale du sceau de sa forte personnalité; il est à l'origine de son organisation actuelle, à laquelle il a apporté son intelligence et son dévouement. Il fut le premier secrétaire permanent de notre commune; c'est lui qui a mis sur pied, entre autres, l'économie de guerre en 1939-1945, l'agence AVS communale et l'Office du travail, lui aussi qui a instauré le système de comptabilité".

Le nouveau secrétaire municipal, M. Gaudard (Alain), entre en fonction le 1er janvier 1966. Rosette Turrian, quant à elle, passe à la Bourse communale et devient cheffe du Service de comptabilité. Le personnel social de l’Administration générale se renforce ; 1 assistant social, 1 préposé AVS et 1 préposé à l’Office du travail sont engagés.

En 1967, l’Administration générale, la Bourse communale et les Oeuvres sociales sont sous le même dicastère. Dix employés administratifs et un concierge travaillent dans cet ensemble.

Les Œuvres sociales et le personnel social quittent l’Administration générale et les Finances en 1970 pour le dicastère des Domaines et Œuvres sociales.

M. Magnenat (Ernest), qui était resté le préposé communal à la défense économique après avoir pris sa retraite en 1965, quitte définitivement l’Administration communale en 1972. Il est remplacé par M. Duruz (Edouard).

En 1974, M. Pointet (Jean-François) est engagé en tant que secrétaire municipal adjoint. Il est également responsable de la section des Domaines et Bâtiments.

En 1976, l’Administration générale et la Bourse communale ne sont plus sous le même dicastère. L’effectif de l’Administration générale (y.c. Office du travail) est alors de 5 employés administratifs, 2 apprentis et 1 concierge.

En 1981, le concierge du Château est regroupé, avec les autres concierges communaux, sous la responsabilité du Service des Domaines et Bâtiments. L’Administration générale prend en charge la gestion de l’exploitation de la nouvelle piscine de la Fleur-de-Lys.

En 1981, la fonction de secrétaire municipal adjoint est séparée de celle de chef du Service des Domaines et Bâtiments. M. Pointet (Jean-François) opte pour la fonction de chef du Service des Domaines et Bâtiments et quitte donc l’Administration générale. Le rapport de gestion de 1981 rapporte que son remplacement par M. Lenoir (Philippe) se traduit par un échec. Suite à cet épisode, la Municipalité renonce à l'engagement d'un secrétaire municipal-adjoint et nomme Mme Vezzoni-Feusier (Antoinette), jusqu'alors secrétaire au greffe municipal, en tant que cheffe de bureau. La Municipalité lui confie une partie des tâches prévues au cahier des charges du secrétaire municipal adjoint.

La gestion de la Fleur-de-Lys passe sous la responsabilité des Domaines.

La Bibliothèque municipale de Prilly et créée et inaugurée en 1984. Mme Demierre (Oriane) est engagée comme responsable de la bibliothèque jeunesse et Mme Borboen (Anne) comme responsable de la bibliothèque adulte; deux autres aides bibliothécaires sont engagées. La nouvelle bibliothèque est administrativement placée sous l’Administration générale, mais passe sous la responsabilité des Ecoles en 1985.

En 1989, Mme Barraud (Madeleine) fête ses 25 ans de service en tant que secrétaire au sein de l’Administration générale.

M. Gaudard (Alain) prend sa retraite en 1992 après 27 ans passé au poste de secrétaire municipal et chef du personnel. Il est remplacé au début de l’année 1993 par Mme Malherbe (Gladys).

En 1994, l’effectif jusqu’alors stable passe de 6 employés et 3 apprentis à 4 employés et 3 apprentis. Cette même année, le rôle d’impôt est transféré du Greffe au Contrôle des habitants.

En 1997, la Municipalité engage deux agents de police pour des tâches de responsable de l’informatique. Il s’agit d’Olivier Martin et Lionel Mayerat, à qui l’on donne la charge de transformer le système informatique communal, de remplacer le matériel obsolète et de la formation. En 1998, Olivier Martin est nommé chef du Service informatique. Ce nouveau service est administrativement dépendant de l’Administration générale.
En 2000, Mme Malherbe crée un poste d’archiviste, afin de se décharger de cette responsabilité. Mme Friedmann-Perreten (Delphine) est engagée. Son poste est réparti entre 4 communes, soit Prilly (50%), Ecublens (25%), Chavannes-près-Renens (20%) et Jouxtens-Mézery (5%), mais son contrat est établi avec la Commune de Prilly.
En 2003, les organistes des lieux de cultes et les bibliothécaires passent sous la responsabilité de l’Administration générale. L’effectif est à ce moment là de 5 employés administratifs (y.c. l’archiviste), 12 apprentis (travaillant dans tous les services de l’administration), 2 informaticiens, 3 bibliothécaires et 2 organistes.
Mme Vezzoni-Feusier (Antoinette), secrétaire municipale adjointe, prend sa retraite en 2006 ; Mme Agostini (Bianka) lui succède (2006-2010).
En 2007, Mme Malherbe (Gladys) prend sa retraite ; Mme Mojonnet (Joëlle) lui succède (2007-xxxx).
A partir de 2007, l’effectif de l’Administration générale ne tient plus compte des apprentis, il reste donc 5 employés administratifs, 2 informaticiens et 4 bibliothécaires. Les deux organistes ont rejoint les Ecoles.

En 2008, les quatre employés de l’Office de la Population (ancien Contrôle des habitants) rejoignent l’Administration générale. Cet office était auparavant attaché à la Police, mais cette dernière est devenue intercommunale en 2008 (Police de l’Ouest POL).

En 2009, l’effectif est de 5 employés administratifs, 2 informaticiens, 4 employés à l’Office de la Population et 3 bibliothécaires.

L’Administration générale déménage en 2009, en même temps que le reste de l’administration du Château vers le site de Corminjoz. En 2011, elle fait le trajet en sens inverse pour prendre possession des nouveaux locaux du Château.
Suite au départ de Mme Agostini (Bianka) en 2010, Mme Keberlé-Joyet (Christine) reprend le poste de secrétaire municipal adjointe en 2011.

Prilly - Autorités communales

  • CH - Prilly - Autorités communales
  • Collectivité
  • 1799 - nos jours

Sous l’Ancien Régime, les autorités communales sont constituée d’un gouverneur (ou seigneur) et d’une Assemblée de Commune.
L’article « Prilly » du Dictionnaire historique de la Suisse nous apprend, à ce propos, qu’ « au Moyen Age, le chapitre de Lausanne et l'abbaye de Saint-Maurice possédaient des terres à Prilly, qui relevaient de l'évêque de Lausanne. Inféodée aux chevaliers de Prilly, la seigneurie passa à Jacques de Penthéréaz, aux Colombier, Russin, Prez, Gimel, Daux puis, après la conjuration d'Isbrand Daux, aux familles Crousaz et Rosset.
Sous le régime bernois, Prilly fait partie du baillage de Lausanne et est vendue en 1729 à la Ville de Lausanne, dont le Conseil exerce la haute, moyenne et basse justice. Au niveau communal, les autorités sont alors constituées d’une Assemblée de Commune et d’un gouverneur. Son pouvoir, ainsi que celui de l’Assemblée de Commune est restreint et se cantonne à la gestion des intérêts locaux (vente de bois, de vins, de produits agricoles, nomination du taupier, etc). Le premier gouverneur dont on trouve la trace dans les Archives communales se nomme François Girardet ; il est nommé gouverneur pour une année en 1752 par l’Assemblée de Commune.
L'assemblée de commune est l’ancêtre de l’actuel Conseil communal. Dans les Archives communales, nous trouvons trace de cette assemblée dès l’année 1752. Elle nomme alors en son seing un gouverneur pour une année. Le pouvoir de cette autorité est restreint et cantonné à la gestion des intérêts locaux (vente de bois, de vins, de produits agricoles, nomination du taupier, etc). Sous l’Ancien Régime, cette autorité communale dépend directement d’une seigneurie. Selon l'article « Prilly » du Dictionnaire historique de la Suisse, la seigneurie passe entre les mains de différents seigneurs « puis est vendue en 1729 à la Ville de Lausanne, dont le Conseil exerce la haute, moyenne et basse justice. Sous le régime bernois, Prilly fait partie du baillage de Lausanne (1536-1798). »
Sous la République helvétique (1798-1803), une Municipalité est créée et présidée par un Président de Municipalité. Les municipaux et le président sont élus par les citoyens de la Commune réunis en assemblée.
Suite à l’Acte de médiation en 1803, le Président de Municipalité devient le Syndic. Il préside alors le Conseil général.
Alain Gaudard, ancien secrétaire municipal et auteur d’un ouvrage sur Prilly « Prilly, de village en ville », s’inspirant de l'étude du professeur Zwahlen intitulée «Des pouvoirs respectifs de la Municipalité et du Conseil communal», explique que la création des conseils généraux et communaux dans les communes vaudoises remonte à 1814 et qu’ils sont alors présidés par le syndic.
« L’exécutif compte pendant longtemps 7 membres, sauf de 1835 à 1853 où la Municipalité n’en compte que 5, parmi lesquels on ne s’étonne pas de trouver en quasi permanence, comme s’ils siégeaient de droit, les gros paysans de la commune comme Pahud ou Gachet. En 1897, sur proposition de Frédéric Mayor, l’effectif de la Municipalité est ramené de 7 à 5 membres, et l’on crée les dicastères selon le système connu aujourd’hui; précédemment, des délégations de trois municipaux se partageaient les divers secteurs du ménage communal, ce qui diluait les responsabilités et donnait plus d’importance à la fonction de syndic. »
En 1874, la population de Prilly dépasse pour la première fois les mille habitants ce qui implique au niveau institutionnel le passage d’un Conseil général à un Conseil communal. Avant 1874, il n’y a pas d’élection pour le Conseil général puisque tous les citoyens peuvent en faire partie. Il en va autrement avec un Conseil communal : Alain Gaudard indique que le premier procès-verbal relatif à l’élection du Conseil communal est daté du 22 mars 1874, que le Conseil communal est alors formé de vingt-cinq membres et qu’il est présidé par Charles Gachet.
Le Conseil se réunit dans une salle du vieux collège jusqu’à une date indéterminée. Depuis 1984, le Conseil communal dispose d’une salle dans le bâtiment communal de Castelmont.
Le nombre d’élus au Conseil communal suit l’évolution démographique. Toujours d’après Alain Gaudard, il y a 25 sièges en 1874 ; 50 sièges en 1885 ; 55 sièges en 1893 ; 60 sièges en 1913 ; 65 sièges en 1933 ; 70 sièges en 1953 ; 80 sièges en 1957 et 90 sièges en 1961. En 1965, les conseillers communaux sont élus au nombre de 100. La population ayant baissé depuis, le nombre de conseillers communaux descend à 85 en 1993 et à 75 depuis 2006.
De 1982 à 1998, la droite (radicaux, libéraux, PDC) est majoritaire et détient environ 60% des sièges du Conseil communal. Les choses changent en 2002, lorsque la gauche (Parti socialiste, Verts et POP & Gauche en mouvement) décroche 47% des sièges. La gauche dépasse même la droite (radicaux, libéraux, PDC puis depuis peu UDC) en 2006 avec 51% des sièges avant de redevenir minoritaire en 2011 avec 48% des sièges.

Prilly - Office de la population OPO

  • CH - Prilly - Office de la population
  • Collectivité
  • 1961-actuel

En 1953, les fonctions de la police sont définies ainsi:
Fonctions principales: police des étrangers; contrôle des habitants; tenue du registre civique; surveillance de l'office communal des alcools; protection du travail; désinfections; services funèbres; patrouilles de surveillance; police de la circulation; fermeture des établissements publics; contrôle des bulletins d'hôtels.

En 1961, la Commune engage, à la Police, deux employés civils chargés du Contrôle des Habitants et du Bureau des étrangers. En 1963, M. Vaudroz (Robert) est promu chef du Bureau des étrangers et du Contrôle des Habitants, tandis qu'un 3ème employé civil est engagé. A partir de 1964, les activités du Contrôle des Habitants sont présentées indépendamment de celles du Service de Police dans le rapport de gestion; mais dès 1967, le Contrôle est à nouveau sous la rubrique "Police". Dès 1970, 4 personnes travaillent au Contrôle des Habitants.
En 1994, le Contrôle des Habitants passe au dicastère de l'Administration générale, mais reste administrativement au niveau de la Police.
En 2000, suite au départ de M. Sahli (Ernest), un nouveau chef d'office est engagé en la personne de M. Chiaradia (Jean-Marie).
En 2002, le Contrôle des Habitants et Bureau des étrangers est rebaptisé "Office de la Population (OPO)".

Prilly - Police communale

  • CH - Prilly - Police communale
  • Collectivité
  • 1898-2007

En 1898, la Municipalité demande au Conseil l'autorisation d'engager un policier communal. Ses tâches sont définies comme suit: « Entretien des chemins, surveillance et nettoyage des fontaines, surveillance du pressoir et des pulvérisateurs, surveillance du taupier et du ramassage des hannetons, registre des étrangers, surveillance des ouvriers, divers ».
M. Mignot (Emile) est choisi pour remplir ce rôle. Dès 1900, il est employé à plein temps.
En 1910, création d'un poste de sous-agent à temps partiel. M. Müller (Louis), concierge du collège, est engagé à ce poste.
En 1925, projet de création d'un second poste d'agent de police et décès de M. Mignot.
En 1942, on trouve M. Huber (Willy) au poste de brigadier de police et M. Girardet au poste d'agent de police.
Un 3ème poste d'agent de police est créé en 1943. Nomination de M. Duruz (Edouard) en 1944, agent de police à Morges, qui entre en fonction le 01.02.1944. Dès le mois de mai 1944, le bureau de police est ouvert aux heures suivantes: 9-12h / 15-19h.
En mai 1954, entrée en fonction de M. Durussel (Arthur), agent de police.
Le 1er janvier 1956, le brigadier Hubert (Willy) est nommé commissaire.
En 1960, suite à la démission de M. Girardet, la Commune projette l'engagement de 2 employés civils pour le bureau des étrangers et contrôle des habitants.. M. Vaudoz (Robert), appointé de police à Aigle, est nommé agent de police dès le 01.02.1961. En juin 1961, engagement de M. Guignard (Alfred), agent de police.
(...)
En 2008, d'importants changements interviennent dans l'organisation du Corps de police, avec la mutualisation des forces de police entre les communes d'Ecublens, Prilly, Renens, Crissier, Bussigny, Chavannes-près-Renens, St-Sulpice et Villars-Ste-Croix (POL - Police Ouest Lausannois). A la création de la POL, la direction se trouve à Renens.
Fin 2013, la POL déménage sur le territoire prilléran. Certains bureaux restés à Prilly rejoignent les bureaux de l'Etat major.
Certaines tâches, telles que la gestion des places de parc (ou gestion des macarons), les objets trouvés et les inhumations, qui étaient restées entre les mains de la police à Prilly sont transmises à la Commune.

Prilly - Service de l'Urbanisme

  • CH - Prilly - Service de l'urbanisme et constructions
  • Collectivité
  • 1991-nos jours

Les tâches du Service de l'urbanisme ont été longtemps assumées par l'Administration générale, puis transférées en 1951 au Service technique nouvellement créé.
A partir du 1er janvier 1991, le Service technique (ou Service des Travaux) est divisé en deux services:

  1. Le Service des travaux se concentre dorénavant sur les routes, l’assainissement (collecteurs) et les espaces verts. Il est constitué d’un bureau administratif et d’une équipe des travaux/voirie. A sa tête est nommé M. Chollet (Jacques).
  2. Un Service de l'Urbanisme et des constructions est créé, qui reprend à sa charge la police des constructions, l'aménagement du territoire et la surveillance des constructions communales, fonctions jusqu’alors accomplies par le Service des travaux.
    Claude Pache prend pendant quelques mois la direction du Service de l’urbanisme et des constructions avant de prendre sa retraite au printemps 1991, après plus de 40 ans passé au Service des travaux.
    M. Hassler (Patrick) est alors engagé pour reprendre la tête de ce nouveau service; l'équipe est formée du chef de service, d'un adjoint technique et d'une secrétaire.
    Ce n'est qu'à partir de 2001 que le service commence à augmenter ses effectifs, avec l'engagement d'une nouvelle adjointe technique, Mme Piguet (Anne-Marie).
    En 2007, engagement d'une ingénieure-architecte, Mme Maze (Sandrine) et en 2010, M. Zahnd (Jean-Pierre) est remplacé suite à son départ à la retraite par M. Wenger (Yann).
    En 2011, engagement de Mme Glatt (Elise) géographe, qui travaille à la fois pour le Service de l'Urbanisme et le Service des Travaux.
    En 2012, démission de Mme Piguet, qui est aussitôt remplacée par Mme Bouamrirene Ould-Henia (Amina), architecte.

Prilly - Service des Domaines et Bâtiments

  • CH - Prilly - Service des Domaines, bâtiments et énergie
  • Collectivité
  • 1976-nos jours

La Commune de Prilly, dès sa création en 1803, a eu notamment la responsabilité de gérer les terrains, bâtiments et autres possessions communales. Au XIXème et XXème siècle la Commune a mené de nombreuses opérations d’achats, de ventes et d’échanges de terrains au gré des besoins communaux, en infrastructures notamment. C’est ainsi que la Commune a accru ses possessions pour accueillir des écoles, des bâtiments administratifs et des immeubles à loyers modérés.
Les tâches liées à cette activité de gestion des possessions communales sont nombreuses : achats, ventes, entretien et gestion des terrains ; entretien et exploitation des forêts et vignes ; entretien, gestion et rénovation des bâtiments locatifs, administratifs, scolaires et des lieux de cultes ; entretien et gestion des installations sportives, terrains de jeux et piscines. Ces différentes tâches sont aujourd’hui sous la responsabilité du Service des Domaines & Bâtiments, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Ce service n’existe concrètement que depuis les années 1970, avant cela ces tâches étaient partagées entre l’Administration générale, le municipal en charges des Domaines et les différents concierges des bâtiments communaux.
Les premiers concierges dont il est fait mention dans les rapports d’activité de la Commune sont ceux du Collège-Centre, le plus grand bâtiment communal de l’époque, construit en 1908. Il s’agit notamment de M. Müller (Louis), ancien agent de police, et M. Rochat.
Le nombre des concierges évolue en fonction des constructions communales. En 1959, il y a 3 concierges pour les bâtiments scolaires et lieux de cultes et 1 pour les locaux administratifs. En 1969, il y a 8 concierges pour les bâtiments scolaires, 2 pour les lieux de culte et 1 pour les locaux administratifs.
Au début de 1970, lors du changement de législature, un employé administratif chargé de la section des bâtiments et domaines est engagé. Il s’agit de M. Hautier (Maurice) qui assume également le secrétariat de la Protection Civile. La section des bâtiments et domaines est à ce moment regroupée avec la section des œuvres sociales dans le dicastère des Domaines et Oeuvres sociales. Mais seuls les deux concierges de la colonie de vacances de Plan-Sépey sont administrativement rattachés à cette nouvelle section ; les concierges de bâtiments scolaires sont sous la responsabilité du municipal des Ecoles et les concierges de locaux administratifs sont sous la responsabilité du Greffe.
En 1972, les deux concierges de Plan-Sépey sont rattachés aux Ecoles. Dans le même temps M. Hautier (Maurice) s’en va et est remplacé par M. Bettens (Claude) ; lui-même remplacé en 1974 par M. Pointet (Jean-François). Ce dernier occupe la double fonction de secrétaire municipal adjoint et responsable de la section des bâtiments et domaines.
La séparation d’avec les Œuvres sociales intervient en 1976, avec la création du Service des Domaines et Bâtiments, qui compte alors deux employés administratifs ; Mme Pernet (Christiane), secrétaire nouvellement engagée et M. Pointet (Jean-François), chef de service. Le nouveau service a également sous sa responsabilité deux employés de la nouvelle Piscine de la Fleur-de-Lys, ainsi que l’animateur du Centre de loisirs.
En 1977, le Centre de loisirs se dote d’un concierge, aussi rattaché au Service des Domaines et Bâtiments. Les concierges des autres bâtiments communaux, non rattachés au service, sont alors au nombre de 15.
En 1980, le concierge et l’animateur du Centre de loisirs passent sous la responsabilité du Service de la Sécurité sociale.
En 1981, vu la surcharge de l’administration, la Municipalité décide de séparer les fonctions de secrétaire municipal adjoint et de chef du Service des Domaines et Bâtiments. M. Pointet doit choisir et opte finalement pour la fonction de chef de service. Il est secondé par Mme Rime (Marianne), secrétaire, qui remplace Mme Pernet (Christine). A deux, ils constituent le personnel administratif du service. Dans le même temps, tous les concierges sont regroupés et placés sous l’autorité du Service des Domaines et Bâtiments. L’effectif complet des concierges des bâtiments communaux et des gardiens de piscine est alors de 28.
En 1981 toujours, le service perd la gestion de l’exploitation de la Piscine qui passe sous la responsabilité de l’Administration générale, mais garde les gardiens de piscine.
En 1987, le service compte 3 employés administratifs, 22 concierges et 4 gardiens de piscines.
Mme Rime (Marianne) quitte son poste en 1989 et est remplacée par Mme Fiadeiro (Anne Isabelle).
L’animateur de Plan Sépey passe en 1990 des Ecoles aux Domaines et Bâtiments.
En 1992, M. Gilliard (Jean-Luc) est nommé suppléant au chef de service.
En 2000, le service compte encore 3 employés administratifs, mais aussi 24 concierges, 2 gardiens de piscines et 1 animateur à Plan-Sépey.
M. Pointet (Jean-François)décède en 2007. Une fusion avec le Service des Travaux, sous la direction de M. Coquerand (Philippe) est alors tentée. L’idée étant de créer un grand Service des Travaux et des Domaines. Peu concluante, cette expérience est abandonnée après peu de temps. M. Fernandez (Yvan), déjà en poste au service des Domaines et Bâtiments, est nommé chef du service des Domaines, Bâtiments et Gérances.
En 2008, les concierges des bâtiments scolaires et des lieux de cultes repassent sous la direction des Ecoles et des Cultes, mais restent hiérarchiquement rattachés au Service des Domaines.
Mme Eggler (Maria-Caridad) est engagée comme secrétaire en 2008. Un collaborateur spécialisé dans la gestion de l'énergie est engagé en 2009, M. Jequier (Colin).

Résultats 101 à 200 sur 970